top of page

15 août : Assomption de la Vierge Marie

Marie, Arche d’Alliance






L’Arche de la miséricorde,

Sculpteur : Stefan Niedorezo (Morąg, 1953 - Chicago, 2019),

Dorure : Margaret Sawczuk (restauratrice contemporaine),

Bois sculpté, plâtre, dorure 24 carats et vernis colorés,

Hauteur : 2, 75 mètres, largeur : 3, 10 mètres, 400 kg, 2008,

Église Stanislaus Kostka, Chicago (U.S.A.)


Lecture du premier livre des Chroniques (1 Ch 15, 3-4.15-16 ; 16, 1-2)

En ces jours-là, David rassembla tout Israël à Jérusalem pour faire monter l’arche du Seigneur jusqu’à l’emplacement préparé pour elle. Il réunit les fils d’Aaron et les Lévites. Les Lévites transportèrent l’arche de Dieu, au moyen de barres placées sur leurs épaules, comme l’avait ordonné Moïse, selon la parole du Seigneur. David dit aux chefs des Lévites de mettre en place leurs frères, les chantres, avec leurs instruments, harpes, cithares, cymbales, pour les faire retentir avec force en signe de joie. Ils amenèrent donc l’arche de Dieu et l’installèrent au milieu de la tente que David avait dressée pour elle. Puis on présenta devant Dieu des holocaustes et des sacrifices de paix. Quand David eut achevé d’offrir les holocaustes et les sacrifices de paix, il bénit le peuple au nom du Seigneur.


Psaume 131, 7-8, 9-10, 13-14

Entrons dans la demeure de Dieu, prosternons-nous aux pieds de son trône. Monte, Seigneur, vers le lieu de ton repos, toi, et l’arche de ta force !

Que tes prêtres soient vêtus de justice, que tes fidèles crient de joie ! Pour l’amour de David, ton serviteur, ne repousse pas la face de ton messie.

Car le Seigneur a fait choix de Sion ; elle est le séjour qu’il désire : « Voilà mon repos à tout jamais, c’est le séjour que j’avais désiré. »


Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens (1 Co 15, 54b-57)

Frères, quand cet être mortel aura revêtu l’immortalité, alors se réalisera la parole de l’Écriture : La mort a été engloutie dans la victoire. Ô Mort, où est ta victoire ? Ô Mort, où est-il, ton aiguillon ? L’aiguillon de la mort, c’est le péché ; ce qui donne force au péché, c’est la Loi. Rendons grâce à Dieu qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus Christ.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 11, 27-28)

En ce temps-là, comme Jésus était en train de parler, une femme éleva la voix au milieu de la foule pour lui dire : « Heureuse la mère qui t’a porté en elle, et dont les seins t’ont nourri ! » Alors Jésus lui déclara : « Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la gardent ! »


Le sculpteur

Stefan Niedorezo est aux États-Unis depuis 1990, vivant auparavant à Tarnów. Sculpteur, caricaturiste, originaire de Morąg, diplômé de l'École secondaire des beaux-arts de Tarnów et de l'Académie des beaux-arts de Cracovie, décédé en août 2019, a laissé derrière lui de grandes réalisations artistiques. Des sculptures sacrées faites par lui, y compris des statues de saints, des décorations d'autel et des croix, ornent encore les églises des paroisses polonaises et sont un résumé de ses trente ans d'activité aux États-Unis.


Présentation de lui-même

Je suis un sculpteur qui travaille avec du bois, de la pierre et du bronze ainsi que dans d'autres matériaux - comme le ciment et d'autres substances synthétiques. J'ai réalisé de nombreux projets commandés - des grands monuments aux objets architecturaux, en passant par la décoration d'intérieurs et les détails décoratifs complexes. Je suis en mesure d'entreprendre chaque thème en commençant par des croquis, en consultant les détails avec le client jusqu'à la réalisation finale la plus raffinée. Ma plus grande satisfaction est la pleine satisfaction de la personne pour laquelle je travaille. Il arrive souvent que ce type de travail nécessite de la patience et de la compréhension des deux parties afin de créer quelque chose qui aura sa valeur en tant qu'œuvre d'art. Il est important de noter que certaines idées nécessiteront du temps pour être pleinement réalisées - surtout si nous nous efforçons d'atteindre une qualité du plus haut niveau. J'ai de nombreux exemples d'une époque où il était possible de créer des œuvres intemporelles, sans séparer les beaux-arts et les objets ménagers courants. À mon avis, nous devrions traiter chaque entreprise comme la première et la dernière de notre carrière - personne ne sait si ce que nous créons maintenant peut être le seul travail qui reste à nous représenter. Mon rêve est de travailler pour les mécènes qui aiment la beauté des objets créés à partir de matériaux dont les caractéristiques sont mises en évidence par l'artisanat habile nécessaire pour les façonner.


L’œuvre

Extrait du site américain de la paroisse


En 2007, le cardinal Francis George a désigné la paroisse Stanislaus Kostka en tant que sanctuaire de la Divine Miséricorde à Chicago. L'artiste Stefan Niedorezo, en consultation avec Fr. Anthony, a commencé à travailler sur une conception pour une grande monstrance. Les travaux ont été achevés en mai 2008.


L'emblématique « Notre-Dame du Signe - Arche de la Miséricorde », bénie par le cardinal George en 2008, attire des gens de Chicago et au-delà pour une adoration eucharistique de 24 heures sur 24 dans cette église historique. L'ostensoir emblématique représente la femme d'Isaïe 7, 14, « Le Seigneur lui-même vous donnera un signe - la Vierge enfantera un fils, et le nommera Emmanuel », et la femme d'Apocalypse 11, 19 - 12, 1-2, « Alors le temple de Dieu dans le ciel a été ouvert, et un grand signe apparut dans le ciel, une femme vêtue du soleil, avec la lune sous ses pieds, et sur sa tête une couronne de douze étoiles. Elle était avec un enfant et pleurait de douleur alors qu'elle travaillait pour accoucher. »


Marie est le signe de la promesse de miséricorde de Dieu accomplie : passé, présent et avenir dans la Nouvelle Jérusalem. Son apparence vêtue des corps célestes dépeint le quatrième dogme marial de l'Assomption de Marie au ciel. « Marie ayant achevé le cours de sa vie terrestre, a été assumée corps et âme dans la gloire céleste », a déclaré le pape Pie XII.


« Notre-Dame du Signe - Arche de la Miséricorde » est une monstrance emblématique. C'est-à-dire un réceptacle emblématique dans lequel la très Sainte Eucharistie est présentée pour l’adoration. La grande hostie ronde blanche au centre est Jésus-Christ incarné dans le Saint-Sacrement : « Je suis le pain de vie... celui qui mange de ce pain vivra à jamais. » (Jean 6, 48.58)


Une dévotion difficile

Nous sommes toujours partagés entre deux positions spirituelles difficiles à équilibrer : ou une dévotion trop accentuée à la Vierge qui risque de la « diviniser », ou un oubli de la place éminente qu’elle tient dans l’œuvre de salut.


Ainsi, d’un côté, on voit parfois des catholiques user de termes trop intimistes et réducteurs comme « notre maman du ciel » (ce à quoi je réponds stupidement que j’en ai déjà une sur terre qui me suffit !), ou vous déclarer qu’ils ne prient jamais Jésus mais uniquement la Vierge Marie, voire du côté des théologiens, certains qui osent affirmer que Marie est co-rédemptrice avec le Christ, erreur qui fut condamnée en 2019. Au mieux, peut-on parler de Marie comme la « coopératrice singulière » du Rédempteur. Mais Marie ne sauve pas, son Fils, si !


En face de ce que les mauvaises langues appellent les « mariolâtres » se placent les « oublieux », ceux qui ne veulent donner aucune place à la Vierge Marie. Curieusement, on pourrait presque y mettre saint Paul qui ne parle jamais de la Mère de Jésus, hormis cette petite allusion (qui tient plus de l’affirmation de l’Incarnation que de la reconnaissance de Marie) Galates 4, 4-5 : « Mais lorsqu’est venue la plénitude des temps, Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme et soumis à la loi de Moïse, afin de racheter ceux qui étaient soumis à la Loi et pour que nous soyons adoptés comme fils. » Ne voir en Marie qu’un simple instrument dans le parcours de l’incarnation me semble réducteur.


Une juste place

D’où l’importance de lui rendre sa place, et une juste place. Je la définirai, à mes yeux, en quelques termes (les théologiens vont me tomber sur le paletot !) :

  • Marie est pleinement humaine, pleinement femme, et par cette dimension, nous semble plus proche de nos considérations et difficultés humaines.

  • Marie est la preuve que la foi inconditionnelle, sans réserve, sans calcul, est à la portée des hommes.

  • Marie nous replace dans une continuité bénéfique de générations (Lc 1, 54-55 : « Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour, de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et sa descendance à jamais »). Les orthodoxes pensent que Marie avait en elle le germe du péché originel, comme tout homme, mais que sa foi et la foi accumulée des générations qui l’ont précédée ont « paralysé » ce virus jusqu’à le rendre inactif, ce qui fait qu’elle est « sans tâche ».

  • Marie n’est pas un « instrument » de la rédemption et de l’incarnation, elle est une médiatrice. Un instrument, on s’en sert puis on le jette ou on le range. Une médiation, elle, est indispensable pour que la connexion se fasse et perdure. Donc, pas de salut sans la médiation mariale.

  • Mais cette médiation, sans être secondaire, n’en reste pas moins « seconde ». Dans un navire, le second est très important. Sans lui, le bateau ne peut naviguer. Mais il n’est pas le commandant ! Marie est seconde, mais non secondaire : sans elle, le salut ne vient pas jusqu’à nous, elle en est la médiation et la médiatrice. Mais elle n’est pas le Rédempteur, c’est son Fils.

  • Marie est l’image de la méditation, voire de la rumination de la Parole de Dieu (Lc 2, 19) : « Marie, cependant, retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur ». Comme son époux, Joseph (le silencieux), elle est plutôt avare de déclarations ! N’est-ce pas le signe qu’elle nous appelle à la rencontre de son Fils dans le silence de la prière ?

  • Si Marie se « rapproche » de la notion de rédemption, c’est parce qu’elle a un cœur de Mère. Je vous rappelle l’étymologie du mot « miséricorde » (raḥamim, en hébreu : : רחמים) qui signifie « entrailles de mère ». Si Marie est avocate de la miséricorde auprès de son Fils, c’est aussi parce qu’elle a des entrailles de Mère. En ce sens, elle est la Mère de Dieu, mais aussi la Mère-avocate de tous les hommes.

  • Et enfin, Marie est celle qui mène à son Fils, pour reprendre la formule de saint Louis-Marie Grignon de Montfort : « À Jésus par Marie ». Ainsi, le troisième concile œcuménique, réuni à Éphèse en 431, proclame la Vierge Marie « Mère de Dieu » (Theotokos). Immédiatement, la représentation de Marie « Mère de Dieu », trônant solennellement avec l'Enfant divin sur ses genoux, va s’imposer : on la nomme « Kyriotissa » ou Vierge en majesté. Il existe plusieurs types d’icônes de la Vierge Marie : la Theotokos en majesté, les différentes Vierges d’intercession, l’Hodigitria (Vierge de tendresse) et les Vierges dites de saint Luc. En tous les cas, toutes nous désignent Jésus. Marie veut que lorsque l’on porte notre regard sur elle, nos yeux aillent vers son Fils Jésus.

Marie, Arche d’Alliance

Je termine par notre « monstrance ». Mis à part l’esthétisme un peu massif de l’œuvre, elle me paraît très intéressante.


L’artiste a repris une des désignations de la Vierge Marie dans la litanie de Lorette : « Arche de la nouvelle Alliance » (l’ensemble de la litanie est en annexe). Ainsi, le support représente l’Arche d’Alliance telle que décrite dans le livre de l’Exode (Ex 25, 10-21) :

« Ils feront donc une arche en bois d'acacia, longue de deux coudées et demie, large d'une coudée et demie, haute d'une coudée et demie. Tu la plaqueras d'or pur ; tu la plaqueras au-dedans et au-dehors et tu l'entoureras d'une moulure en or. Tu couleras pour elle quatre anneaux d'or et tu les placeras à ses quatre pieds : deux anneaux d'un côté et deux anneaux de l'autre. Tu feras des barres en bois d'acacia, tu les plaqueras d'or et tu introduiras dans les anneaux des côtés de l'arche les barres qui serviront à la porter. Les barres resteront dans les anneaux de l'arche, elles n'en seront pas retirées. Tu placeras dans l'arche la charte que je te donnerai. Puis tu feras un propitiatoire en or pur, long de deux coudées et demie, large d'une coudée et demie. Et tu feras deux chérubins en or ; tu les forgeras aux deux extrémités du propitiatoire. Fais un chérubin à une extrémité, et l'autre chérubin à l'autre extrémité ; vous ferez les chérubins en saillie sur le propitiatoire, à ses deux extrémités. Les chérubins déploieront leurs ailes vers le haut pour protéger le propitiatoire de leurs ailes ; ils seront face à face et ils regarderont vers le propitiatoire. Tu placeras le propitiatoire au-dessus de l'arche et, dans l'arche, tu placeras la charte que je te donnerai. »

Ainsi :

  • l’Arche est couverte d’or pur, avec une moulure, les quatre anneaux et les deux barres d’acacia.

  • Sur le devant sont représentées les deux tables de la Loi, la manne céleste dans un vase et la branche fleurie d’Aaron, qui étaient conservées dans l’Arche.

  • Deux anges, des chérubins (mot latin issu de l’hébreu כרוב, kerūb (pluriel : כרובים, kerubīm), signifiant « lieu de vérité ») dont les ailes se rejoignent couvrent l’Arche.

La nuance théologique et symbolique se fait sur le propitiatoire. Wikipédia nous donne quelques détails sur ce mot :

Le propitiatoire est le couvercle de l'Arche d'alliance. Le mot est une substantivation, antérieure à 1170, de l'adjectif latin, et français, qui qualifie toute action, dite propitiation, comme un sacrifice, ou tout monument (temple, mausolée) visant à rendre propice, c'est-à-dire à s'attirer les faveurs (pardon, grâce divine) ou la clémence de la divinité, de la puissance ou de l’autorité morale qu’on veut honorer ou dont on veut commémorer le souvenir, la force ou l’importance. (…) En hébreu, le propitiatoire est KPRT, Kapperèt, couvercle, dont la racine KPR, qui exprime l'idée de couvrir physiquement mais aussi d'expier, se retrouve dans Kippour.

Ainsi, sur cette « table du sacrifice » est placée le buste de la Vierge Marie, couronnée de douze étoiles (comme le décrit l’Apocalypse 12, 1 : « Un grand signe apparut dans le ciel : une Femme, ayant le soleil pour manteau, la lune sous les pieds, et sur la tête une couronne de douze étoiles ») sur un croissant de lune. Sur son torse, un clipeus (bouclier rond des guerriers antiques) porte l’effigie du Christ Emmanuel, entouré de rayons ardents. Ce clipeus s’ouvre pour laisser apparaître l’hostie de dévotion.


Marie devient donc celle qui porte en son sein celui qui s’offrit en sacrifice sur la Croix pour le salut des hommes ; et porte en elle l’émanation de ce que contient l’Arche : Jésus porteur de la nouvelle Loi (Les tables), lui qui s’est fait nourriture pour les hommes (la manne), par l’entremise de son père putatif Joseph, porteur lui aussi de la verge fleurie (la verge d’Aaron). Au centre de cette typologie unissant les deux Testaments, l’hostie consacrée, la victime (c’est le sens originel du mot « hostia » en latin), Jésus que nous sommes appelés à louer et aimer (comme l’écrira Ignace de Loyola dans les principes et fondements de ses Exercices spirituels : « L’homme est créé pour louer, respecter et servir Dieu notre Seigneur et par là sauver son âme, et les autres choses sur la face de la terre sont créées pour l’homme, et pour l’aider dans la poursuite de la fin pour laquelle il est créé ») par l’intercession de la Theotokos (la Mère de Dieu).


Conclusion

Pour conclure, permettez-moi de reprendre les mots d’une prière extraite du livre « Règles et exercices pour les Congrégations de la Très-Sainte Vierge » à l’usage du Diocèse de Metz, à l’occasion de cette fête, par Mgr Gaspard-Jean-André-Joseph Jauffret (1759-1823)

« Ô Jésus ! Qui avez fait toute la Grandeur de Marie, qui faites présentement Son bonheur, donnez-nous-La pour Mère, faites-nous célébrer dignement Son triomphe, accordez-nous par Son intercession les vertus qui L'ont fait devenir votre Mère, ouvrez en notre faveur les Trésors du ciel, faites que nous Vous recevions avec les mêmes dispositions dans la Sainte Eucharistie, que la Très Pure Vierge Vous a reçu dans Son sein, faites que nous vivions de la Vie dont Elle a vécu, et que nous mourions comme Elle dans la Charité, afin que nous puissions vivre comme Elle dans la Gloire. Ô Marie ! Ô notre Très-Miséricordieuse Mère ! Soyez notre Avocate auprès de la Très-Sainte Trinité, regardez du haut du ciel nos combats, faites-nous remporter la victoire, obtenez-nous les Grâces dont nous avons besoin pour éviter le péché, pour nous détacher de l'affection du monde, et pour ne plus soupirer qu'après l'heureuse Éternité ». Ainsi soit-il.


Litanie de la Vierge Marie (litanie de Lorette)

Seigneur, Prends pitié (bis) Ô Christ, Prends pitié (bis) Seigneur, Prends pitié (bis) Jésus-Christ, Écoute-nous (bis) Jésus-Christ, Exauce-nous (bis) Père du Ciel, Seigneur Dieu, Prends pitié de nous Fils Rédempteur du monde, Seigneur Dieu, Prends pitié de nous Saint-Esprit, Seigneur Dieu, Prends pitié de nous Sainte Trinité un seul Dieu, Prends pitié de nous Sainte Marie, Priez pour nous Sainte Mère de Dieu, Priez pour nous Sainte Vierge des vierges, Priez pour nous Mère de Jésus, Priez pour nous Mère du Christ, Priez pour nous Mère du Sauveur, Priez pour nous Mère du Seigneur, Priez pour nous Mère conçue sans le péché originel, Priez pour nous Mère très pure, Priez pour nous Mère très chaste, Priez pour nous Mère sans tache, Priez pour nous Mère toujours Vierge, Priez pour nous Mère digne d’amour, Priez pour nous Mère admirable, Priez pour nous Mère du Bon Conseil, Priez pour nous Mère du Bel Amour, Priez pour nous Mère de Miséricorde, Priez pour nous Mère de l’Espérance, Priez pour nous Mère de l’Église, Priez pour nous Mère de tous les hommes, Priez pour nous Mère bénie entre les mères, Priez pour nous Vierge comblée de grâces, Priez pour nous Vierge très sainte, Priez pour nous Vierge très humble, Priez pour nous Vierge très pauvre, Priez pour nous Vierge très croyante, Priez pour nous Vierge très obéissante, Priez pour nous Vierge très priante, Priez pour nous Vierge très prudente, Priez pour nous Vierge très fidèle, Priez pour nous Vierge souffrante, Priez pour nous Vierge digne de vénération, Priez pour nous Vierge digne de louange, Priez pour nous Vierge exultante, Priez pour nous Vierge puissante, Priez pour nous Vierge pleine de bonté, Priez pour nous Vierge bénie entre les vierges, Priez pour nous Ève nouvelle, Priez pour nous Fille de Sion, Priez pour nous Héritière de la Promesse, Priez pour nous Servante du Seigneur, Priez pour nous Cité de Dieu, Priez pour nous Demeure de la Sagesse, Priez pour nous Miroir de la Sainteté divine, Priez pour nous Cause de notre joie, Priez pour nous Temple du Saint-Esprit, Priez pour nous Demeure comblée de gloire, Priez pour nous Demeure toute consacrée à Dieu, Priez pour nous Rose mystique, Priez pour nous Tour de David, Priez pour nous Tour d’ivoire, Priez pour nous Maison d’or, Priez pour nous Arche de la nouvelle Alliance, Priez pour nous Porte du Ciel, Priez pour nous Étoile du matin, Priez pour nous Splendeur du monde, Priez pour nous Femme bénie entre les femmes, Priez pour nous Médiatrice de grâces, Priez pour nous Soutien des consacrés, Priez pour nous Modèle des épouses, Priez pour nous Santé des malades, Priez pour nous Refuge des pécheurs, Priez pour nous Consolatrice des malheureux, Priez pour nous Avocate des opprimés, Priez pour nous Secours des chrétiens, Priez pour nous Notre Dame du Perpétuel secours, Priez pour nous Notre Dame des sept douleurs, Priez pour nous Notre Dame de Lourdes, Priez pour nous Notre Dame du mont Carmel, Priez pour nous Notre Dame du Rosaire, Priez pour nous Notre Dame du Sacré-Coeur, Priez pour nous Notre Dame de la Divine Providence, Priez pour nous Reine élevée au Ciel, Priez pour nous Reine des anges, Priez pour nous Reine des archanges, Priez pour nous Reine des Patriarches, Priez pour nous Reine des Prophètes, Priez pour nous Reine des Apôtres, Priez pour nous Reine des Martyrs, Priez pour nous Reine des confesseurs, Priez pour nous Reine des Pasteurs, Priez pour nous Reine des missionnaires, Priez pour nous Reine des docteurs, Priez pour nous Reine des Vierges, Priez pour nous Reine des consacrés, Priez pour nous Reine des fidèles, Priez pour nous Reine des pauvres, Priez pour nous Reine de tous les saints, Priez pour nous Reine du monde à venir, Priez pour nous Reine de la Paix et de la Réconciliation, Priez pour nous Reine de la famille, Priez pour nous Reine des Missions, Priez pour nous Agneau de Dieu qui enlèves les péchés du monde, Épargne-nous, Seigneur Agneau de Dieu qui enlèves les péchés du monde, Exauce-nous Seigneur Agneau de Dieu qui enlèves les péchés du monde, Prends pitié de nous Seigneur V. Priez pour nous Sainte Mère de Dieu, R/. Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.

Prions : Seigneur, daignez nous accorder, à nous vos serviteurs, de jouir toujours de la santé de l’âme et du corps ; et par la glorieuse intercession de la bienheureuse Marie toujours vierge, délivrez-nous des tristesses de la vie présente, et donnez-nous d’avoir part aux joies éternelles. Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur. Amen !


14 vues

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page