top of page

7e jour dans l’octave de la Nativité

C’est la dernière heure -



L’Antéchrist et Satan,

Lucas Signorelli (Cortone, 1450 - Cortone, 1523),

Détail de la fresque, 1499-1502,

Chapelle San Brizio, Cathédrale d’Orvieto (Italie)


Lecture de la première lettre de saint Jean (1 Jn 2, 18-21)

Mes enfants, c’est la dernière heure et, comme vous l’avez appris, un anti-Christ, un adversaire du Christ, doit venir ; or, il y a dès maintenant beaucoup d’anti-Christs ; nous savons ainsi que c’est la dernière heure. Ils sont sortis de chez nous mais ils n’étaient pas des nôtres ; s’ils avaient été des nôtres, ils seraient demeurés avec nous. Mais pas un d’entre eux n’est des nôtres, et cela devait être manifesté. Quant à vous, c’est de celui qui est saint que vous tenez l’onction, et vous avez tous la connaissance. Je ne vous ai pas écrit que vous ignorez la vérité, mais que vous la connaissez, et que de la vérité ne vient aucun mensonge.


Méditation

Beaucoup ont glosé sur cet anti-Christ (ou antéchrist, mais non dans le sens de avant le Christ, mais contre le Christ). On en a même fait des films ! Mais ce qui frappe dans ce texte, c’est que l’antéchrist viendra de chez nous... Paul VI pour la fête de saint Pierre et Saint Paul en 1972 affirmait que « Les fumées de Satan sont entrées dans le peuple de Dieu ». Déjà le 7 décembre 1968, il martelait : « L’Église se trouve en une heure d’inquiétude, d’autocritique, on dirait même d’autodestruction. C’est comme un bouleversement intérieur, aigu et complexe, auquel personne ne se serait attendu. »


Cependant, il serait bon de se rappeler que l’Église n’est pas en premier lieu le pape, les évêques et les prêtres. L’Église, c’est d’abord le Peuple de Dieu : vous ! Et si les fumées proviennent de l’ordre sacré (c’est le sens du mot hiérarchie), ceux qui peuvent les dissiper, ou au moins lever les yeux vers le ciel et voir notre Dieu, c’est d’abord vous ! Rassurez-vous, je ne prêche ni la révolution, ni les bouleversements dans l’organisation de notre Sainte-Mère, mais plutôt la remise en bon ordre. Jésus a toujours tout fait « à l’envers » ! Il parle aux femmes, aux samaritains, il chasse les marchands du Temple, il introduit une loi positive... Nous pourrions continuer la liste.


Alors, peut-être, sans démonter la pyramide ecclésiale, pourrions-nous la mettre aussi à l’envers, la pointe en bas, et en haut la base : le Peuple de Dieu ?! Vox populi, vox Dei. Non pas une voix populiste, mais une voix du peuple de Dieu, comme le pape Sixte III fit inscrire sur l’arc triomphal de Sainte-Marie Majeure : Sixte, évêque du Peuple de Dieu. L’évêque est celui qui veille sur et non qui surveille !



0 vue

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page