top of page

Ier dimanche de Carême (B)

Tenté…



La première tentation du Christ,

Anonyme,

Chapiteau de la nef, pierre sculptée, 1125-50,

Basilique Saint-Andoche, Saulieu (France).


Évangile selon saint Marc 1, 12-15

Jésus venait d’être baptisé. Aussitôt l’Esprit pousse Jésus au désert et, dans le désert, il resta quarante jours, tenté par Satan. Il vivait parmi les bêtes sauvages, et les anges le servaient. Après l’arrestation de Jean, Jésus partit pour la Galilée proclamer l’Évangile de Dieu ; il disait : « Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile. »


La basilique

Cette basilique fait partie des plus anciens lieux chrétiens de France. Celle que l’on peut visiter aujourd’hui fut reconstruite par Étienne de Bagé, évêque d’Autun et comte de Saulieu qui lui donna un style clunisien certain, puis fut consacrée le 21 décembre 1119 par le Pape Callixte II. Elle renferme les reliques de trois martyrs chrétiens du IIe siècle : Andoche, Thyrse et Félix. Andoche, compagnon de saint Bénigne aurait été tué avec ses compagnons sur la route de Saulieu en 177.

Dans cette grande basilique, on peut admirer 54 chapiteaux romans de la moitié du XIIème siècle, traités en méplats ou en haut-relief. Les plus importants sont les cinq scènes historiées de l’ancien et du nouveau testament, racontant des scènes de la vie du Christ.


Ce que je vois

Le premier personnage qui attire notre regard est cet effrayant Diable sur la gauche. Il semble strié de plis de peau, comme un corps décharné. Dans son dos, deux ailes, des pieds fourchus, une tête entre le lion et le chien, dont la gueule ouverte laisse voir une dangereuse dentition. Sur sa tête, des oreilles démesurées qui ressemblent à des flammes, et des cheveux, ou des poils dressés sur le crâne. Entre ses pattes postérieures paraît s’enrouler sa queue provocante et vicieuse. Une de ses pattes tend une pierre ronde.


À droite, Jésus tend la main vers le Diable. Cette main droite refuse la pierre qui lui est tendue, tandis que sa main gauche repose sur la Parole de Dieu. Il a le visage serein, auréolé d’un nimbe crucifère. Il porte une grande tunique parcourue d’élégants plis. Derrière lui, un ange au visage poupin, hiératique dans son allure, ailes dans le dos, porte une branche de figuier. Entre les deux groupes, un arbre feuillu, en fait, un figuier. Au-dessus d’eux, sur la base du tailloir, des lignes ondulées représentent symboliquement le ciel.


En retraite

L’évangile de Marc est assez vague sur les tentations du Christ, à la différence de Matthieu et Luc. Ici, il est simplement dit que Jésus est tenté. Non pas tenté au bout des quarante jours, ayant faim, mais apparement tenté pendant tout le temps de sa retraite au désert. En fait, la sculpture nous le montre clairement : pourquoi aurait-il faim puisqu’il se nourrit de la Parole de Dieu qu’il porte sur les genoux ? Et dans cette retraite spirituelle, il reçoit la visite des messagers de Dieu : les anges.


Un drôle de désert

Il n’en reste pas moins que c’est un drôle de désert. Un désert où poussent des figuiers. Bien sûr, ils n’ont pas de fruits, simplement des feuilles. Même si le Diable semble vouloir accrocher cette pierre à l’arbre, comme un fruit. Cet arbre se dresse vers le ciel, comme le Christ sera un signe dressé dans le ciel lorsqu’il s’accrochera, tel un fruit, à l’arbre de la Croix. Cet arbre, que semble protéger la main droite de Jésus, essaie de ses feuilles de faire barrage au Diable qui approche. Il est là dressé, séparant le bien du mal. N’est-ce pas l’arbre de Dieu, n’est-ce pas l’arbre de la Loi ? Et ses feuilles, comme celles du figuier, semblent nous l’attester. Dans la Bible, le figuier est la figure emblématique de la Loi.


Un arbre qui sépare

Oui, la Loi nous oblige à nous positionner. Non pas une Loi que nous déciderions nous-même. Ça, c’est la mission de Dieu. Lui seul peut édicter et définir la Loi. Nous, nous devons chercher à l’appliquer et à la vivre pour grandir en sagesse. Mais le Diable semble ici vouloir en devenir maître. Il veut y accrocher cette pierre pour que Jésus la transforme en pain. Il veut que cette pierre le nourrisse. Peut-être parce que l’arbre ne donne plus de fruits ? L’ancienne Loi, même si elle est encore verte, même si la sève mosaïque coule encore en elle, ne semble plus capable de fructifier… Mais Jésus n’est pas venu abolir cette Loi, il est venu l’accomplir, la mener à son terme, lui rendre tout son sens. Il est venu pour que l’arbre de la Loi rende du fruit, au point qu’il se fera lui-même le fruit suave de cette nouvelle Loi d’amour. Le tout, pour nous est de savoir nous situer…


L’arbre et moi

De fait, et c’est bien-là la source de toute tentation, et de toutes les tentations : est-ce que je veux être le maître de cet arbre ou profiter simplement des fruits que j’y trouverai ? Est-ce que je me laisse dominer par l’orgueil, me croyant le maître de toute loi, ou suis-je humblement au pied de cet arbre de la Loi, comme Marie aux pieds de Jésus, pour en recueillir la sève, pour boire à ce puit d’amour, comme la Samaritaine ? Oui, cet arbre, en ce temps de Carême, m’oblige à me positionner, du côté du Bien ou du côté du Mal. Cet arbre cache un bon fruit, celui de Jésus qui donne sa vie pour ceux qu’il aime. Mais il cache aussi un fruit périlleux, celui que tend le Diable, le fruit de la division, le fruit de l’orgueil : vouloir être Dieu à la place de Dieu !


Quarante jours

Quarante jours me sont offerts pour me retirer, pour distinguer le clair du trouble, pour discerner l’essentiel du futile. Quarante jours pour apprendre à ne plus se laisser illusionner par les pierres du Diable. Quarante jours pour me nourrir du vrai pain descendu du ciel (et remarquons que l’auréole de Jésus est bien au ciel). Oui, les temps sont accomplis ! Oui, les quarante jours ont commencé ! Oui, le règne de Dieu est tout proche ! Oui, lui, Jésus m’appelle à me nourrir de sa Parole et de son Corps, oui, il m’appelle à me détourner du Mal, à me convertir, à me tourner vers Lui, à croire à la Parole qu’il porte ! Bon Carême… Bon désert avec nos bêtes sauvages que Jésus va nous apprendre à maîtriser ! Bon Carême avec votre ange qui va vous servir et ouvrir vos yeux sur la présence de Jésus dans le désert de votre vie.




Homélie de Lansperge le Chartreux (+ 1539), Sermon 2 sur le premier dimanche de carême, Opera omnia, t 1, 180

Tout ce que le Seigneur Jésus a voulu faire aussi bien que souffrir, il l'a fait pour nous instruire, nous reprendre et nous être utile. Puisqu'il savait que nous en tirerions beaucoup de fruit pour notre instruction et notre réconfort, il n'a voulu rien omettre de ce qui pourrait nous profiter. C'est pourquoi il fut conduit au désert, et il n'y a pas de doute que ce fut par l'Esprit Saint. En effet, l'Esprit Saint a voulu le conduire là où le démon pourrait le trouver et oserait s'approcher de lui pour le tenter. Car le tentateur était provoqué à le mettre à l'épreuve par des circonstances favorables, c'est-à-dire la solitude, la prière, la mortification corporelle, le jeûne et la faim. Ainsi le démon aurait-il la possibilité d'apprendre de Jésus s'il était le Christ et le Fils de Dieu.


La première chose que nous apprenons ici, c'est que la vie de l'homme sur la terre est une vie de combat (Jb 7,1). Et aussi que le chrétien doit s'attendre à être d'emblée tenté par le démon. Qu'il se prépare donc à la tentation, selon l’Écriture : Si tu viens te mettre au service du Seigneur, prépare-toi à subir l'épreuve (Si 2,1). C'est pourquoi le Seigneur a voulu réconforter par ses exemples tout nouveau baptisé, tout nouveau converti, pour qu'il n'ait pas peur et ne devienne pas timoré, si après sa conversion ou son baptême, ayant été tenté par le démon plus fortement qu'auparavant, pu s'il souffre davantage de la persécution, il lit dans l'Évangile que le Christ lui-même a été tenté par le démon aussitôt après son baptême.


La deuxième leçon que le Christ a voulu nous donner par son exemple, c'est que nous ne cherchions pas facilement à nous exposer à la tentation. Conscients de notre faiblesse, veillons plutôt à ne pas entrer en tentation, prions et évitons les occasions d'être tentés.


Prière

Accorde-nous, Dieu tout-puissant, tout au long de ce carême, de progresser dans la connaissance de Jésus Christ et de nous ouvrir à sa lumière par une vie de plus en plus fidèle. Lui qui règne.

7 vues

Posts récents

Voir tout
bottom of page