top of page

Jeudi, 12ème semaine du T. O. — Année paire

En ton Nom



Le triomphe du Saint Nom de Jésus

Giovan Battista Gaulli dit il Baciccio (Gênes, 1639 - Rome, 1709)

Fresque du plafond, 3160 × 5695 cm, 1683

Église du Gesù, Rome (Italie)


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 7, 21-29)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ce n’est pas en me disant : “Seigneur, Seigneur !” qu’on entrera dans le royaume des Cieux, mais c’est en faisant la volonté de mon Père qui est aux cieux. Ce jour-là, beaucoup me diront : “Seigneur, Seigneur, n’est-ce pas en ton nom que nous avons prophétisé, en ton nom que nous avons expulsé les démons, en ton nom que nous avons fait beaucoup de miracles ?” Alors je leur déclarerai : “Je ne vous ai jamais connus. Écartez-vous de moi, vous qui commettez le mal !” Ainsi, celui qui entend les paroles que je dis là et les met en pratique est comparable à un homme prévoyant qui a construit sa maison sur le roc. La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, les vents ont soufflé et se sont abattus sur cette maison ; la maison ne s’est pas écroulée, car elle était fondée sur le roc. Et celui qui entend de moi ces paroles sans les mettre en pratique est comparable à un homme insensé qui a construit sa maison sur le sable. La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, les vents ont soufflé, ils sont venus battre cette maison ; la maison s’est écroulée, et son écroulement a été complet. » Lorsque Jésus eut terminé ce discours, les foules restèrent frappées de son enseignement, car il les enseignait en homme qui a autorité, et non pas comme leurs scribes.


Méditation

Un plafond lumineux où, dans le halo, s’inscrivent les trois lettres IHS, devise des Jésuites (Iesu Hominum Salvator, Jésus Sauveur des Hommes). Car ce Nom nous sauve. Tout ce que nous demandons en son Nom est écouté du Père. Déjà, l’étymologie du nom du Christ nous l’annonçait : Dieu sauve. Cette dévotion au nom de Jésus ne nous est pas habituelle. Pourtant, elle devrait être au centre de notre prière, avec le Nôtre Père. Rappelez-vous ce pèlerin russe qui tout au long du chemin égrenait ces mots : « Seigneur Jésus, Fils du Dieu, Vivant, prends pitié de nous pécheurs. » À la fin de sa vie, il ne disait plus qu’un seul mot : Jésus ! Et dire le nom de Jésus, c’est chercher à accorder notre volonté, notre être le plus total à la volonté du Christ et à celle du Père. Ce n’est pas l’invoquer en vain, croyant que la répétition d’une sorte de mantra nous sauverait parce que nous aurions suffisamment rendu honneur à quelqu’un et que cet acte justifierait notre salut. Non. Répéter ce nom c’est doucement, imperceptiblement, nous laisser transformer par le nom de Jésus afin de devenir comme Lui, ou mieux, de le laisser devenir Lui en nous. Alors, et seulement ainsi, nous ferons totalement la volonté du Père comme Lui l’a faite. Jésus, Jésus, Jésus...

bottom of page