top of page

Lundi, 1ère semaine de l’Avent

Marchons à la lumière du Seigneur -



Transformons les épées en charrues,

Evgueni Voutchetitch (Iekaterinoslav, 1908 - Moscou, 1974),

Bronze, hauteur : 198 cm, statue offerte en 1959 par l’Union Soviétique aux Nations Unies,

Jardin du siège des Nations Unies, New-York (U.S.A.)


Lecture du livre du prophète Isaïe (Is 2, 1-5)

Parole d’Isaïe, – ce qu’il a vu au sujet de Juda et de Jérusalem. Il arrivera dans les derniers jours que la montagne de la maison du Seigneur se tiendra plus haut que les monts, s’élèvera au-dessus des collines. Vers elle afflueront toutes les nations et viendront des peuples nombreux. Ils diront : « Venez ! montons à la montagne du Seigneur, à la maison du Dieu de Jacob ! Qu’il nous enseigne ses chemins, et nous irons par ses sentiers. » Oui, la loi sortira de Sion, et de Jérusalem, la parole du Seigneur. Il sera juge entre les nations et l’arbitre de peuples nombreux. De leurs épées, ils forgeront des socs, et de leurs lances, des faucilles. Jamais nation contre nation ne lèvera l’épée ; ils n’apprendront plus la guerre. Venez, maison de Jacob ! Marchons à la lumière du Seigneur.


Méditation

Le livre du prophète Isaïe est une oeuvre merveilleuse que nous lisons si peu, ou du moins par tranches saucissonnées au cours de la liturgie. Je ne peux que vous inviter à prendre du temps durant l’Avent pour le lire intégralement en vous aidant de l’introduction au livre et aux notes de bas de page.


L’extrait d’aujourd’hui nous montre le véritable chemin de l’Avent : non simplement avancer vers la fête de Noël avec son cortège de cadeaux et de repas, non uniquement faire mémoire de l’Incarnation d’un Dieu qui se fait homme, mais aussi (et peut-être surtout) d’un appel à gravir la montagne du Seigneur,. C’est dans cet esprit que les Pères de l’Église déclaraient : « Si Dieu s’est fait homme c’est pour que l’homme devienne Dieu ». Si Dieu descend jusqu’à nous sur terre, en notre chair, c’est pour venir nous prendre la main et nous inviter à rejoindre les hauteurs de la montagne, à gravir le sentier jusqu’à notre Dieu qui nous divinisera par adoption. Et non à rester sur terre bien au chaud, comme le « priait » Jacques Prévert : « Notre Père qui êtes aux cieux, restez-y, et nous nous resterons sur la terre qui est quelquefois si jolie » (Pater Noster, Jacques Prévert) !


Comment trouver la route qui mène jusqu’aux hauteurs divines ? Comment entendre les chemins qu’il veut nous enseigner ? La réponse nous est heureusement donnée : écouter la Loi du Seigneur, sa Parole (ce qui pourrait se traduire pour nous aujourd’hui par lire la Bible quotidiennement ; ou comme le disait saint François d’Assise, à prendre comme règle de vie « la décision d’observer intégralement le saint Évangile de Notre-Seigneur Jésus-Christ »), et forger de nos épées des socs. C’est-à-dire de tout faire dans nos propres et pauvres vies pour que ce soit la paix qui triomphe de la guerre, l’amour qui triomphe de la haine. Une nouvelle fois, écoutons François d’Assise :


“Seigneur, fais de moi un instrument de ta paix, Là où est la haine, que je mette l’amour. Là où est l’offense, que je mette le pardon. Là où est la discorde, que je mette l’union. Là où est l’erreur, que je mette la vérité. Là où est le doute, que je mette la foi. Là où est le désespoir, que je mette l’espérance. Là où sont les ténèbres, que je mette la lumière. Là où est la tristesse, que je mette la joie.


O Seigneur, que je ne cherche pas tant à être consolé qu’à consoler, à être compris qu’à comprendre, à être aimé qu’à aimer.


Car c’est en se donnant qu’on reçoit, c’est en s’oubliant qu’on se retrouve, c’est en pardonnant qu’on est pardonné, c’est en mourant qu’on ressuscite à l’éternelle vie.”

Cela paraît impossible, ou dérisoire ? Comment ne pas penser à ce pasteur qui aida à détruire le mur de Berlin lors d’une manifestation pacifique où, devant son église, un homme forgea une charrue à partir d’une épée en 1983 (voir plus bas).



C’est certainement un de ces petits gestes qui font basculer le monde ! À nous de forger la paix, là où nous sommes…


———————-

Friedrich Schorlemmer

Pasteur

République démocratique allemande

Membre du mouvement est-allemand pour les droits civils, le théologien Friedrich Schorlemmer faisait partie des leaders de l’événement « Transformez vos épées en socs de charrue ». Ce mouvement est devenu un symbole de la lutte pour la démocratie. À la fin de ses études de théologie, Schorlemmer est étudiant pasteur à Merseburg avant de devenir prêcheur à l’église de Tous les Saints de Wittenberg. Dans les années 1970, il rejoint le mouvement de lutte pour la paix, les droits de l’Homme et l’environnement. Lors du Congrès de 1983 de l’église évangélique allemande, il porte le projet « Transformez vos épées en socs de charrue », une initiative extrêmement sensible dont la mention même allait été déclarée illégale. Il est reconnu pour son utilisation créative et novatrice des moyens de communication, notamment des cartes postales faites maison à visée politique.

bottom of page