Lundi, 10ème semaine du T. O. — Année paire

Cache-toi !



Élie nourri par les corbeaux

Giovanni Gerolamo Savoldo (Brescia, vers 1480 - Venise, après 1548)

Huile sur bois transféré sur toile, 168 x 135,6 cm, vers 1510

National Gallery of Art, Washington D.C. (U.S.A.)


Lecture du premier livre des Rois (1 R 17, 1-6)

En ces jours-là, le prophète Élie, de Tishbé en Galaad, dit au roi Acab : « Par le Seigneur qui est vivant, par le Dieu d’Israël dont je suis le serviteur, pendant plusieurs années il n’y aura pas de rosée ni de pluie, à moins que j’en donne l’ordre. » La parole du Seigneur lui fut adressée : « Va-t’en d’ici, dirige-toi vers l’est, et cache-toi près du torrent de Kérith, qui se jette dans le Jourdain. Tu boiras au torrent, et j’ordonne aux corbeaux de t’apporter ta nourriture. » Le prophète fit ce que le Seigneur lui avait dit, et alla s’établir près du torrent de Kérith, qui se jette dans le Jourdain. Les corbeaux lui apportaient du pain et de la viande, matin et soir, et le prophète buvait au torrent.


Méditation

Situons d’abord l’histoire d’Élie. Le nom d’Élie, qui signifie « Le Seigneur est mon Dieu », résume toute la vie du prophète. Il est au sens littéral un homme de Dieu. Il l’a été à un moment où la crise religieuse avait atteint son point culminant. Le roi Achab, poussé par sa femme Jézabel, princesse phénicienne, avait soutenu le culte de Baal en lui consacrant un sanctuaire dans la capitale et en promouvant une campagne contre la foi d’Israël jusqu’à tuer les prophètes. Dans ce contexte dramatique, le Seigneur envoie Élie. Il apparaît soudainement, sans prévenir, devant le roi et lui annonce une conséquente sécheresse qui mettra le pays dans une situation dramatique. Élie, pendant ce terrible fléau, est envoyé par le Seigneur dans les gorges du torrent Kérith.


Ce lieu, plus qu’un refuge représente le retrait à l’écart, loin des préoccupations ordinaires, pour laisser le Seigneur transformer le cœur des disciples afin qu’ils grandissent dans la sagesse. Ce n’est pas un hasard que dans la Vie d’Antoine, père du monachisme égyptien, qui aura une influence considérable en Orient et en Occident, Élie est l’archétype du moine qui consacre toute sa vie au Seigneur et sera soutenu par lui en tout. Le prophète, comme le disciple, est nourri par Dieu. Le texte écrit : « Les corbeaux lui apportaient le pain et la viande le matin, et le pain et la viande le soir ».


Ce que Jésus dira à ses disciples s’accomplit pour lui : « Ne vous inquiétez donc pas en disant : "Que mangerons-nous? Que boirons-nous? Que porterons-nous?". Les païens recherchent toutes ces choses. Votre Père céleste, en effet, sait que vous en avez besoin. Cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice, et toutes ces choses vous seront données en supplément » (Mt 6,31-33).


Prenons le temps de nous cacher en Dieu, nous cacher avec Lui dans le silence, la retraite intérieure et rappelons-nous cette devise de saint Vincent de Paul : « Le bruit ne fait pas de bien, le bien ne fait pas de bruit »...