top of page

Lundi, 2e semaine de Pâques

le vent souffle où il veut -



Jésus et Nicodème,

Salomon Koninck (Amsterdam, 1609 - Amsterdam, 1656),

Gravure, 28,8 x 23,9 cm,

California Palace of the Legion of Honor, San Francisco (U.S.A.)


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 3, 1-8)

Il y avait un homme, un pharisien nommé Nicodème ; c’était un notable parmi les Juifs. Il vint trouver Jésus pendant la nuit. Il lui dit : « Rabbi, nous le savons, c’est de la part de Dieu que tu es venu comme un maître qui enseigne, car personne ne peut accomplir les signes que toi, tu accomplis, si Dieu n’est pas avec lui. » Jésus lui répondit : « Amen, amen, je te le dis : à moins de naître d’en haut, on ne peut voir le royaume de Dieu. » Nicodème lui répliqua : « Comment un homme peut-il naître quand il est vieux ? Peut-il entrer une deuxième fois dans le sein de sa mère et renaître ? » Jésus répondit : « Amen, amen, je te le dis : personne, à moins de naître de l’eau et de l’Esprit, ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair ; ce qui est né de l’Esprit est esprit. Ne sois pas étonné si je t’ai dit : il vous faut naître d’en haut. Le vent souffle où il veut : tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vient ni où il va. Il en est ainsi pour qui est né du souffle de l’Esprit. »


Méditation

Rares sont les représentations de la rencontre de nuit entre Jésus et Nicodème. En voici une gravure assez significative, même si les visages ne sont pas d’une grande qualité. Mais on retrouve cette ambiance nocturne particulière qui pousse aux confidences... Et le graveur a encore accentué ce climat par la main de Jésus posée sur le bras de Nicodème.


Une nouvelle fois, chez saint Jean, le discours est à deux niveaux. Jésus parle d’une naissance au ciel, baptismale, Nicodème comprend une naissance physique. Même l’allusion à l’Esprit-Saint est difficile à comprendre pour ce pauvre homme.

Mais nous, aujourd’hui, nous entendons le message de Jésus avec l’Esprit qui nous a été octroyé lors de notre baptême. Et nous comprenons que, même si notre corps vieillit et va vers sa fin, jamais notre âme ne connaîtra une fin. Nous comprenons que nous avons déjà commencé à naître d’en-haut et qu’un jour nous partagerons la Gloire de Dieu.


D’ici là, en ce temps « intermédiaire », il nous faut continuer à naître d’en-haut, en appelant chaque jour l’Esprit. Même si nous ne savons ni d’où il vient, ni où il va, nous nous devons d’écouter sa voix.

bottom of page