top of page

Lundi, 4e semaine de Carême

Un ciel nouveau, une terre nouvelle -



La cité sainte descend du ciel quand Dieu crée un ciel nouveau et une terre nouvelle,

Anonyme,

Miniature enluminée de l’Apocalypse de Val-Dieu, f. 45r, origine normande, vers 1330,

British Library, Londres (Royaume-Uni)


Lecture du livre du prophète Isaïe (Is 65, 17-21)

Ainsi parle le Seigneur : Oui, voici : je vais créer un ciel nouveau et une terre nouvelle, on ne se souviendra plus du passé, il ne reviendra plus à l’esprit. Soyez plutôt dans la joie, exultez sans fin pour ce que je crée. Car je vais recréer Jérusalem, pour qu’elle soit exultation, et que son peuple devienne joie. J’exulterai en Jérusalem, je trouverai ma joie dans mon peuple. On n’y entendra plus de pleurs ni de cris. Là, plus de nourrisson emporté en quelques jours, ni d’homme qui ne parvienne au bout de sa vieillesse ; le plus jeune mourra centenaire, ne pas atteindre cent ans sera malédiction. On bâtira des maisons, on y habitera ; on plantera des vignes, on mangera leurs fruits.


Méditation

La nouveauté... c’est très à la mode. Chaque jour on nous propose des nouveautés. Un nouveau contrat téléphonique, un nouveau vaccin, un nouvel ordinateur, voire un nouveau gouvernement ! Et bien sûr, qui dit nouveau dit jeter l’ancien ! Le nouveau chasse toujours l’ancien. Nous pourrions même appliquer cette analogie dans les familles. C’est un peu comme si tout démarrait ex nihilo. Rien avant, et tellement autre après. Une course effrénée à la nouveauté.


Est-ce de cette nouveauté dont nous parle le texte de ce jour ? On pourrait le croire avec les premiers versets. Pourtant, ce n’est pas dans le même esprit que ce que j’évoquais plus haut. L’objet nouveau remplace l’ancien parce qu’il est meilleur, parce qu’il a de meilleures fonctionnalités, pas parce qu’il était mauvais. Dieu, lui, veut effacer non pas le bon, mais ce qui était mauvais. Ce qui disparaîtra, ce sera le péché, l’orgueil, la méchanceté, tous ces maux échappés de la boîte de Pandore dont je parlais la semaine dernière.


Il va recréer, ou pour être plus juste, prendre le meilleur de la création pour la mener à son terme, l’accomplir, comme lorsque Jésus parlait de la Loi, non pour l’abolir mais pour l’accomplir. Cette Jérusalem, qui depuis des siècles, pour ne pas dire des millénaires, est source de conflits, sera rebâtie avec uniquement des pierres de joie et d’amour, sans mort, sans cri, sans vieillesse. Sans Pandore.


Plutôt que de monde nouveau, Dieu vient renouveler le monde. Comme Jésus le dira dans l’Apocalypse : « Je viens faire toutes choses nouvelles » (Après 21, 5), parallèle du texte que nous avons entendu. Dans le film controversé de Mel Gibson, la Passion, le réalisateur met cette parole dans la bouche de Jésus sur le chemin de Croix. L’idée me semble très belle, car c’est par la Croix que Jésus vient faire toutes choses nouvelles dans nos vies, et la plus nouvelle sera de renouveler nos vies par la résurrection.

bottom of page