top of page

Lundi de Pâques

Ils ont volé le corps... -



Les soldats endormis au tombeau,

Anonyme,

Chapiteau sculpté, XIIe siècle,

Abbatiale Saint-Pierre et Saint-Caprais, Mozac (France)


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 28, 8-15)

En ce temps-là, quand les femmes eurent entendu les paroles de l’ange, vite, elles quittèrent le tombeau, remplies à la fois de crainte et d’une grande joie, et elles coururent porter la nouvelle à ses disciples. Et voici que Jésus vint à leur rencontre et leur dit : « Je vous salue. » Elles s’approchèrent, lui saisirent les pieds et se prosternèrent devant lui. Alors Jésus leur dit : « Soyez sans crainte, allez annoncer à mes frères qu’ils doivent se rendre en Galilée : c’est là qu’ils me verront. » Tandis qu’elles étaient en chemin, quelques-uns des gardes allèrent en ville annoncer aux grands prêtres tout ce qui s’était passé. Ceux-ci, après s’être réunis avec les anciens et avoir tenu conseil, donnèrent aux soldats une forte somme en disant : « Voici ce que vous direz : “Ses disciples sont venus voler le corps, la nuit pendant que nous dormions.” Et si tout cela vient aux oreilles du gouverneur, nous lui expliquerons la chose, et nous vous éviterons tout ennui. » Les soldats prirent l’argent et suivirent les instructions. Et cette explication s’est propagée chez les Juifs jusqu’à aujourd’hui.


Méditation

Mélange de sentiments : crainte et joie ! Joie qui naît dans les cœurs à la suite des paroles de l’ange, mais crainte devant l’ineffable. Comment expliquer tout cela aux apôtres ? Vont-ils nous croire ? Vont-ils partager notre allégresse ? Mais cette crainte va disparaître devant la nouvelle apparition dont va les gratifier Jésus. Ou du moins, elle va s’exprimer dans les gestes : elles s’inclinent, se prosternent, s’agenouillent aux pieds du Maître. mais il ne s’agirait pas d’en rester là. Après l’attitude de respect et de prière, il faut agir ! Elles deviennent les premières missionnaires chargées d’aller annoncer aux apôtres la Bonne Nouvelle. De femmes craintives, elles sont appelées à être des épiscopes qui envoient en mission les apôtres.


Pendant ce temps, gardes et grands prêtres doivent réagir. Ils ne peuvent laisser croire que le Christ est ressuscité. Il va falloir trouver une parade. Quelle meilleure parade que le mensonge ?! Et ils se mettent au point avec les gardes pour contrer la Bonne Nouvelle. Et pour appuyer le mensonge, quoi de mieux que l’avidité...

Le dernier verset est tout autant curieux qu’amusant : Et cette explication s’est propagée chez les Juifs jusqu’à aujourd’hui. faut-il comprendre qu’il est incroyable que certains donnent encore foi à un si ridicule mensonge et refusent la vérité ? Ou qu’encore aujourd’hui, ce mensonge est devenu une vérité ?


bottom of page