top of page

Mardi, 1ère semaine du T.O. (Année impaire)

Tu l’as abaissé un peu au-dessous des anges


Madone à l’Enfant et deux anges (dite Madone Crevole)

Duccio di Buoninsegna (Sienne, vers 1255 - Sienne, vers 1319)

Tempéra sur bois, 89 x 60 cm, vers 1283

Misée de l’Oeuvre du Duomo, Sienne (Italie)


Lecture de la lettre aux Hébreux (He 2, 5-12)

Ce n’est pas à des anges que Dieu a soumis le monde à venir, dont nous parlons. Un psaume l’atteste en disant : Qu’est-ce que l’homme pour que tu penses à lui, le fils d’un homme, que tu en prennes souci ? Tu l’as abaissé un peu au-dessous des anges, tu l’as couronné de gloire et d’honneur ; tu as mis sous ses pieds toutes choses. Quand Dieu lui a tout soumis, il n’a rien exclu de cette soumission. Maintenant, nous ne voyons pas encore que tout lui soit soumis ; mais Jésus, qui a été abaissé un peu au-dessous des anges, nous le voyons couronné de gloire et d’honneur à cause de sa Passion et de sa mort. Si donc il a fait l’expérience de la mort, c’est, par grâce de Dieu, au profit de tous. Celui pour qui et par qui tout existe voulait conduire une multitude de fils jusqu’à la gloire ; c’est pourquoi il convenait qu’il mène à sa perfection, par des souffrances, celui qui est à l’origine de leur salut. Car celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés doivent tous avoir même origine ; pour cette raison, Jésus n’a pas honte de les appeler ses frères, quand il dit : Je proclamerai ton nom devant mes frères, je te chanterai en pleine assemblée.


Méditation

Comme nous le disions hier, le voici, par l’incarnation, juste en-dessous des anges, car il est venu partager totalement notre condition humaine, comme le rappellera aussi saint Paul (Ph 2, 5b-8) : « Le Christ Jésus, ayant la condition de Dieu, ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu. Mais il s’est anéanti, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes. Reconnu homme à son aspect, il s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort, et la mort de la croix. » Sommes-nous conscient de tout l’enjeu de cette incarnation ? Un Dieu qui accepte de descendre jusqu’à nous, de se soumettre à notre pauvre et humble condition, qui prend toute notre chair, et qui va s’abaisser jusqu’à la mort ignominieuse de la Croix. Et, tels les propos de l’épître de ce jour, c’est par cette Passion et cette mort qu’il a été élevé et couronné de Gloire. Les anges, sur notre icône, le contemplent, prêts à l’accueillir lors de son retour vers le Père, alors que lui reçoit toute son humanité de sa Mère dont il découvre le regard de miséricorde, écartant son voile. Elle est la première qu’il conduira jusqu’à la gloire, elle qui lui a donné sa vie terrestre, et lui donnant, lui a aussi ouvert le chemin de la Passion, qu’elle parcourra avec lui, à ses côtés. Ne voyez-vous pas déjà dans ses yeux, découverts du voile rouge de la Passion, qu’elle entrevoit ce que vivra de souffrances son Fils ? Elle médite tout cela en son cœur, car elle sait que Jésus doit se sacrifier pour nous sanctifier. Alors, avec Lui, nous chanterons la Gloire de Dieu en pleine assemblée.

bottom of page