top of page

Mardi, 19ème semaine du T.O. — Année Paire

Mange ce rouleau !



La vision d’Ézékiel

Julius Schnorr von Carolsfeld (Leipzig, 1794 - Munich, 1872)

Gravure en bois pour «Die Bibel in Bildern», 1860


Lecture du livre du prophète Ézékiel (Ez 2, 8 à 3, 4)

Voici les paroles que dit le Seigneur : « Toi, fils d’homme, écoute ce que je te dis. Ne sois pas rebelle comme cette engeance de rebelles. Ouvre la bouche, et mange ce que je te donne. » Alors j’ai vu : une main tendue vers moi, tenant un livre en forme de rouleau. Elle le déroula devant moi ; ce rouleau était écrit au-dedans et au-dehors, rempli de lamentations, plaintes et clameurs. Le Seigneur me dit : « Fils d’homme, ce qui est devant toi, mange-le, mange ce rouleau ! Puis, va ! Parle à la maison d’Israël. » J’ouvris la bouche, il me fit manger le rouleau et il me dit : « Fils d’homme, remplis ton ventre, rassasie tes entrailles avec ce rouleau que je te donne. » Je le mangeai, et dans ma bouche il fut doux comme du miel. Il me dit alors : « Debout, fils d’homme ! Va vers la ­maison d’Israël, et dis-lui mes paroles. »


Méditation

C’est amusant de voir que dans la Bible, comme dans la vie des saints, nous sommes souvent invités à manger la Parole de Dieu. Je pense entre autre à l’Apocalypse, ou à Saint-Augustin.


Mais en fait, c’est logique. Ce n’est qu’un enchaînement, une concaténation. Je m’explique. La clé se trouve dans l’évangile de Jean (Jn 1, 14) : « Et le Verbe s’est fait chair, il a habité parmi nous, et nous avons vu sa gloire, la gloire qu’il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité. » Le Verbe, le Logos, la Parole. Dieu s’est fait Parole en Jésus. Et cette Parole se fait chair. Puis cette chair humano-divine se fera Pain de vie pour nous.


À chaque fois que je communie, je reçois le Pain de Vie. En recevant le Pain de vie, je deviens celui que je reçois : le Christ. Et donc, je deviens aussi porteur de la Parole de Dieu. Je porte celui qui me porte.


Mais aussi, à chaque fois que je mange le rouleau, ou pour le dire plus prosaïquement, je dévore la Parole de Dieu, la Parole se fait chair en moi. ET cette chair doit devenir Pain de Vie pour mes frères.


De fait, ce qui est en jeu, c’est cette assimilation entre la Parole et moi, entre Dieu et moi. Je dois devenir, par sa Parole « une humanité de surcroît » comme le dira Élisabeth de la Trinité. C’est seulement en lisant, méditant, priant et contemplant cette Parole qu’elle s’imprime en moi. Une nouvelle fois, je ne peux que vous inviter à manger ce rouleau, si énorme soit-il !

2 vues

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page