top of page

Mardi, 4e semaine de Carême

Duc in altum -



La vision d’Ézékiel,

Joseph Edward Nuttgens (Aix-la-Chapelle, 1892 - Buckinghamshire, 1982),

Vitrail de la nef sud, 1952,

Église Saint Etheldreda, Londres (Royaume-Uni)


Lecture du livre du prophète Ézékiel (Ez 47, 1-9.12)

En ces jours-là, au cours d’une vision reçue du Seigneur, l’homme me fit revenir à l’entrée de la Maison, et voici : sous le seuil de la Maison, de l’eau jaillissait vers l’orient, puisque la façade de la Maison était du côté de l’orient. L’eau descendait de dessous le côté droit de la Maison, au sud de l’autel. L’homme me fit sortir par la porte du nord et me fit faire le tour par l’extérieur, jusqu’à la porte qui fait face à l’orient, et là encore l’eau coulait du côté droit. L’homme s’éloigna vers l’orient, un cordeau à la main, et il mesura une distance de mille coudées ; alors il me fit traverser l’eau : j’en avais jusqu’aux chevilles. Il mesura encore mille coudées et me fit traverser l’eau : j’en avais jusqu’aux genoux. Il mesura encore mille coudées et me fit traverser : j’en avais jusqu’aux reins. Il en mesura encore mille : c’était un torrent que je ne pouvais traverser ; l’eau avait grossi, il aurait fallu nager : c’était un torrent infranchissable. Alors il me dit : « As-tu vu, fils d’homme ? » Puis il me ramena au bord du torrent. Quand il m’eut ramené, voici qu’il y avait au bord du torrent, de chaque côté, des arbres en grand nombre. Il me dit : « Cette eau coule vers la région de l’orient, elle descend dans la vallée du Jourdain, et se déverse dans la mer Morte, dont elle assainit les eaux. En tout lieu où parviendra le torrent, tous les animaux pourront vivre et foisonner. Le poisson sera très abondant, car cette eau assainit tout ce qu’elle pénètre, et la vie apparaît en tout lieu où arrive le torrent. Au bord du torrent, sur les deux rives, toutes sortes d’arbres fruitiers pousseront ; leur feuillage ne se flétrira pas et leurs fruits ne manqueront pas. Chaque mois ils porteront des fruits nouveaux, car cette eau vient du sanctuaire. Les fruits seront une nourriture, et les feuilles un remède. »


Méditation

Le prophète a cette vision du Temple. Du trône coule un fleuve d’eau vive, comme celui qui coule du côté du Christ, cette même eau que réclamait la Samaritaine. Alors, il avance de 1000 coudées en 1000 coudées et à chaque fois le niveau augmente jusqu’à ne plus avoir pied : il va falloir nager !


Je ne peux que penser à ce que Jésus dît un jour à Pierre lorsqu’il le rencontra pour la première fois (Lc 5, 11) : « Duc in Altum - Avance au large et jette tes filets ». Dieu ne se rencontre sur les bords du lac, bien tranquillement allongé sur son transat. Non, c’est au large qu’il nous envoie, car c’est là qu’il nous attend. Et même si nous avons peur des eaux profondes, même si nous sommes effrayés de l’éventualité de la tempête et de la noyade, il vient vers nous, il marche sur les eaux, et il nous appelle à le rejoindre. Pierre me semble réaliser ce que le prophète avait entrevu dans sa vision. Il se jette à l’eau... Et chose surprenante, lorsque Pierre rejoint Jésus sur les eaux à sa demande (Mt 14, 22-33), affolé par le vent qui se lève, il se met à sombrer et Jésus est obligé de le sortir de l’eau. Il ne sait donc pas nager, comme le prophète. Puis, lorsque le Christ ressuscité apparaît au bord du lac de Tibériade (Jn 21, 1-14), Jean le reconnaît. Pierre enfile alors un vêtement et se jette à l’eau. Aurait-il appris à nager ? Certainement ! Et il a même sa bouée de secours : son vêtement baptismal ! C’est au large, dans le silence, dans le désert que se rencontre Jésus. Alors, duc in altum...

1 vue

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page