Mercredi, 21ème semaine du T.O. — Année Paire

Malheureux !



L’intérieur de la tombe de Casimir le Grand

Jan Matejko (1838, Cracovie - 1893, Cracovie)

Huile sur toile, 60,5 x 47,5 cm, 1869

Musée National, Cracovie (Pologne)


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 23, 27-32)

En ce temps-là, Jésus disait : « Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous ressemblez à des sépulcres blanchis à la chaux : à l’extérieur ils ont une belle apparence, mais l’intérieur est rempli d’ossements et de toutes sortes de choses impures. C’est ainsi que vous, à l’extérieur, pour les gens, vous avez l’apparence d’hommes justes, mais à l’intérieur vous êtes pleins d’hypocrisie et de mal. « Malheureux êtes-vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous bâtissez les sépulcres des prophètes, vous décorez les tombeaux des justes, et vous dites : “Si nous avions vécu à l’époque de nos pères, nous n’aurions pas été leurs complices pour verser le sang des prophètes.” Ainsi, vous témoignez contre vous-mêmes : vous êtes bien les fils de ceux qui ont assassiné les prophètes. Vous donc, mettez le comble à la mesure de vos pères ! »


Méditation

Comme sur notre tableau, il est vrai que lorsqu’on jette un œil sur notre intériorité, c’est parfois le désordre qui domine, et la saleté. Pourtant, extérieurement, ce n’est pas mal ! Ou du moins, c’est l’impression que nous pourrions en avoir. Nous nous inquiétons tellement de notre extériorité, de l’image que nous renvoyons, de comment nous paraissons aux yeux des autres. Pourtant, deux petites sagesses populaires devraient se rappeler à nous : « On n’est pas responsable de la tête que l’on a mais de la tête que l’on fait ! » Et : « Il vaut mieux être que paraître ! » N’est-ce pas exactement ce que Jésus nous dit aujourd’hui ? Vous vous souciez de votre apparence et vous ne vous rendez pas compte, ou vous ne voulez pas voir que votre intériorité est bien sale et impure. Il ne faudrait pas nous leurrer... Pour reprendre l’image de la demeure — fut-ce la dernière — nous sommes attentifs à bien nettoyer les pièces que les autres vont visiter, et nous enfermons dans un recoin les objets sales ou cassés, nous poussons discrètement la poussière sous le tapis et nous recouvrons une drap les fauteuils crevés. Mais Jésus, lui, ne vient jamais chez nous par la porte d’entrée. Il entre par la fenêtre de la cuisine où la vaisselle n’est pas faite, par le cagibi qui n’est pas rangé ou par les commodités qui ne fleurent pas le parfum floral ! En effet, il n’est pas venu pour les bien-portants, mais pour les malades. Il n’est pas venu pour s’extasier de notre apparence, mais pour nettoyer, guérir, sauver notre être le plus secret, nos tréfonds. C’est là qu’il veut résider comme le disait saint Augustin : « Mais Toi, tu étais plus profond que le tréfonds de moi-même et plus haut que le très-haut de moi-même ». Alors, offrons-lui nos tombeaux pour qu’il leur redonne vie, offrons-lui nos péchés et nos saletés pour qu’il les transforme en grâces.