top of page

Mercredi, 22ème semaine du T.O. — Année Paire

C’est du lait que je vous ai donné



Le bol de lait

Berthe Morisot (Bourges, 1841 - Paris, 1895)

Huile sur toile, 55,3 x 56,5 cm, 1890

Collection privée


Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens (1 Co 3, 1-9)

Frères, quand je me suis adressé à vous, je n’ai pas pu vous parler comme à des spirituels, mais comme à des êtres seulement charnels, comme à des petits enfants dans le Christ. C’est du lait que je vous ai donné, et non de la nourriture solide ; vous n’auriez pas pu en manger, et encore maintenant vous ne le pouvez pas, car vous êtes encore des êtres charnels. Puisqu’il y a entre vous des jalousies et des rivalités, n’êtes-vous pas toujours des êtres charnels, et n’avez-vous pas une conduite tout humaine ? Quand l’un de vous dit : « Moi, j’appartiens à Paul », et un autre : « Moi, j’appartiens à Apollos », n’est-ce pas une façon d’agir tout humaine ? Mais qui donc est Apollos ? qui est Paul ? Des serviteurs par qui vous êtes devenus croyants, et qui ont agi selon les dons du Seigneur à chacun d’eux. Moi, j’ai planté, Apollos a arrosé ; mais c’est Dieu qui donnait la croissance. Donc celui qui plante n’est pas important, ni celui qui arrose ; seul importe celui qui donne la croissance : Dieu. Celui qui plante et celui qui arrose ne font qu’un, mais chacun recevra son propre salaire suivant la peine qu’il se sera donnée. Nous sommes des collaborateurs de Dieu, et vous êtes un champ que Dieu cultive, une maison que Dieu construit.


Méditation

Notre arrogance, typiquement française !, nous fait souvent croire que nous sommes capables de tout, et qu’après une légère formation, nous pourrons y arriver sans difficultés. La preuve... qui de nous lit les modes d’emploi ? Ainsi, même quand nous débutons, que ce soit en informatique, dans le sport, ou au volant, nous voulons ce qu’il y’a de mieux, de plus équipé, le dernier sorti. Même si nous n’utiliserons l’appareil qu’à 20 % de ses capacités ! Dans la vie spirituelle, il en est souvent de même ! Combien de fois entendons-nous cette petite sentence : « J’ai tout fait, Monsieur l’abbé. Et j’ai fait mon catéchisme. » Bref, ça c’est fait ! Passons au point suivant. Cette arrogance, si elle n’est orgueil, n’est pas, en tout cas, humilité... Comme le dit Paul, c’est une conduite toute humaine.


Il serait pourtant bon que nous reconnaissions que tout ce que nous savons, c’est que nous ne savons rien, à l’instar de Socrate. Et même, est-il ici question de savoir, de connaissances ? Non. Paul nous invite à goûter la saveur de la Parole de Dieu. C’est en goûtant qu’on connaît, pas l’inverse. Et de reconnaître que dans notre vie spirituelle, nous n’avons pas encore la dentition nécessaire pour attaquer les gros morceaux, mais nous contenter de lait. Rassurons-nous, le lait est très nourrissant, et il fortifie ! Ne cherchons pas à nous emparer de la Parole de Dieu comme d’un gros morceau de viande. Laissons plutôt le lait de l’évangile couler en nous et nous fortifier !

2 vues

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page