Mercredi, 31e semaine du T.O. — Année Paire

Espère le Seigneur



Espérance

Sir Edward Burne-Jones (Birmingham, 1833 - Londres, 1898)

Huile sur toile, 179 x 63,5 cm, 1896

Museum of Fine Arts, Boston (Massachusetts, U.S.A.)


Psaume 26

Le Seigneur est ma lumière et mon salut ;

de qui aurais-je crainte ?

Le Seigneur est le rempart de ma vie ;

devant qui tremblerais-je ?


J’ai demandé une chose au Seigneur,

la seule que je cherche :

habiter la maison du Seigneur

tous les jours de ma vie,

pour admirer le Seigneur dans sa beauté

et m’attacher à son temple.


J’en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur

sur la terre des vivants.

« Espère le Seigneur, sois fort et prends courage :

espère le Seigneur. »


Méditation

Une nouvelle fois, je l’écris : nous ne prions pas assez avec les psaumes, qui furent pourtant l’essentiel de la prière de Jésus et celle de tous les religieux aujourd’hui. Car ils recèlent des perles pour nourrir notre foi, des versets d’espérance.


Ainsi, le psaume 26. Devant nos peurs bien humaines, qu’elles soient justifiées ou non, le psalmiste nous rappelle que le principal, pour le pas dire le principe de nos vies, c’est Dieu. Il est la lumière qui éclaire nos ténèbres, il est celui qui me sauve du péché, de la mort et de moi-même parfois. Avec lui, plus de crainte, car je sais qu’il est à mes côtés, qu’il veille sur moi, me protège et m’indique le meilleur chemin pour moi, même si celui-ci me fait peur. Jésus l’annoncera à Pierre au bord du lac (Jn 21, 18) : « Amen, amen, je te le dis : quand tu étais jeune, tu mettais ta ceinture toi-même pour aller là où tu voulais ; quand tu seras vieux, tu étendras les mains, et c’est un autre qui te mettra ta ceinture, pour t’emmener là où tu ne voudrais pas aller. » Ce qui importe est que je sois convaincu que c’est lui qui me guide sur la terre des vivants.


Alors, avant d’aller habiter sa demeure, avant de le voir face à face, il veut me rassurer, me rendre des forces en gravant ses mots sur mon coeur : espère, sois fort et prends courage, espère ton Dieu.


Car, au fond de nous-même, au plus profond, n’avons-nous pas qu’un seul désir : vivre dans la paix de l’amour. Où se trouve-t-elle si ce n’est dans sa maison ? Bien sûr, cette maison sera le Royaume des cieux, là où chacun aura sa demeure. Mais cette maison n’est-elle pas aujourd’hui en nos coeurs, là où si nous plongeons rejoindre Dieu dans la prière, nous pourrons le contempler, l’admirer dans sa beauté ? En faisant de notre vie une prière, nous habitons la maison du Seigneur tous les jours de notre vie.