top of page

Mercredi de la 2e semaine de l’Avent

Qui a créé tout cela ?



Dieu l'architecte de l'univers, frontispice d'une bible moralisée

Artistes français anonymes

Enluminure sur parchemin, 34,4 x 26 cm, vers 1220-1230

Codex Vindobonensis 2554, f.1 verso

Bibliothèque Nationaled’Autriche, Vienne (Autriche)


Lecture du livre du prophète Isaïe (Is 40, 25-31)

A qui pourriez-vous me comparer, qui pourrait être mon égal ? – dit le Dieu saint. Levez les yeux et regardez : qui a créé tout cela ? Celui qui déploie toute l’armée des étoiles, et les appelle chacune par son nom. Si grande est sa force, et telle est sa puissance que pas une seule ne manque. Jacob, pourquoi dis-tu, Israël, pourquoi affirmes-tu : « Mon chemin est caché au Seigneur, mon droit échappe à mon Dieu » ? Tu ne le sais donc pas, tu ne l’as pas entendu ? Le Seigneur est le Dieu éternel, il crée jusqu’aux extrémités de la terre, il ne se fatigue pas, ne se lasse pas. Son intelligence est insondable. Il rend des forces à l’homme fatigué, il augmente la vigueur de celui qui est faible. Les garçons se fatiguent, se lassent, et les jeunes gens ne cessent de trébucher, mais ceux qui mettent leur espérance dans le Seigneur trouvent des forces nouvelles ; ils déploient comme des ailes d’aigles, ils courent sans se lasser, ils marchent sans se fatiguer.


Méditation

C’est à peu près le même discours que Dieu tînt à Job qui commençait à se révolter devant ses misères. Et nous pourrions le traduire en termes plus simples ainsi :

Mais qui es-tu donc, du haut de ta fallacieuse superbe pour me donner des leçons, pour te prendre pour ce que tu n’es pas ? Qui crois-tu être pour penser que tu es oublié de Dieu, que tu es abandonné ? Car c’est une autre façon d’être orgueilleux que de se croire ignoré, c’est encore ramener les choses à soi ! Non, je ne t’oublie pas. Mais sois patient, apprends du temps qui t’es donné. Apprends surtout à user avec plus d’attention des sens que je t’ai donné : ouvre les yeux sur les merveilles qui t’entourent. Écoute le chant du monde et distingue ma Parole qui tombe sur les hommes comme une pluie sur les regains pour les faire fructifier. Comme Jean, prends le Livre et dévore-le. Tu verras qu’il a le goût du miel de la grâce et du fiel des péchés. Touche-moi. Tu as cette chance que beaucoup n’ont pas de toucher mon corps, de le recevoir à chaque eucharistie. Hume le parfum des senteurs du monde qui t’entoure. Senteurs parfois acres mais qui peuvent cacher les fragrances de la grâce. Transforme tes sens humains en sens spirituels. Et alors, tu découvriras toute l’énergie que je fais couler en toi, toutes les grâces nécessaires à ta vigueur, toutes tes capacités insoupçonnées d’aigle pour rejoindre les cieux. Mais pour cela, il ne faut pas te décourager. Pour cela il faut croire en toi comme Moi je crois en toi. Redis-toi simplement ce verset du psaume (Ps 26, 13-14) : « Mais j'en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur sur la terre des vivants. « Espère le Seigneur, sois fort et prends courage ; espère le Seigneur. »

bottom of page