top of page

Samedi, 10ème semaine du T. O. — Année paire

Vocation

L’appel d’Élisée

Jan Matsys (Anvers, 1509 - Anvers, 1575)

Huile sur panneau de bois, 140 x 96, 1570

Musée Royal des Beaux-Arts, Anvers (Belgique)


Lecture du premier livre des Rois (1 R 19, 19-21)

En ces jours-là, Élie descendit de la montagne. Il trouva Élisée, fils de Shafath, en train de labourer. Il avait à labourer douze arpents, et il en était au douzième. Élie passa près de lui et jeta vers lui son manteau. Alors Élisée quitta ses bœufs, courut derrière Élie, et lui dit : « Laisse-moi embrasser mon père et ma mère, puis je te suivrai. » Élie répondit : « Va-t’en, retourne là-bas ! Je n’ai rien fait. » Alors Élisée s’en retourna ; mais il prit la paire de bœufs pour les immoler, les fit cuire avec le bois de l’attelage, et les donna à manger aux gens. Puis il se leva, partit à la suite d’Élie et se mit à son service.


Méditation

Quand j’écrivais que le Premier Testament préfigurait le Nouveau, nous en avons ici un exemple probant. Rappelez-vous la rencontre de Jésus avec un jeune homme (Mt 8, 19-22) : « Un scribe s’approcha et lui dit : « Maître, je te suivrai partout où tu iras. » Mais Jésus lui déclara : « Les renards ont des terriers, les oiseaux du ciel ont des nids ; mais le Fils de l’homme n’a pas d’endroit où reposer la tête. »Un autre de ses disciples lui dit : « Seigneur, permets-moi d’aller d’abord enterrer mon père. » Jésus lui dit : « Suis-moi, et laisse les morts enterrer leurs morts. » Comme avec Élisée.


Dieu va « tester » le désir d’Élisée par l’intermédiaire d’Élie qui joue quelques « entourloupes » à son disciple ! Pour suivre Dieu et répondre à son appel, il faut s’accrocher, le vouloir. Par exemple, être prêt à tout laisser sur place, comme ses bœufs et son champs, ou sa famille. Être prêt à ne pas savoir de quoi sera fait l’avenir, ni même où l’on va pouvoir reposer sa tête. Et surtout à se voir proposer un refus. Seuls les téméraires et les opiniâtres iront jusqu’au bout. Rappelez-vous le désir ardent de Thérèse de Lisieux de rentrer au Carmel à 15 ans.


Enfin, il faut apprendre à livrer et comprendre les signes... Élisée en était à son douzième arpent... Comme les douze tribus d’Israël qu’il allait bientôt labourer de la Parole de Dieu. Quant à Élie, il jette son manteau. Dans l’Ancien Testament, c’est un signe d’appel. C’est ce manteau qu’essaiera de récupérer Élisée plus tard, convaincu qu’il en obtiendra une double part d’esprit.


La fortune sourit aux audacieux, mais aussi et surtout aux pugnaces !


bottom of page