top of page

Samedi, 11e semaine du T.O. — Année impaire

Ma grâce te suffit



La Confirmation à l'église de Chartèves

Léon-Augustin Lhermitte (Mont-Saint-Père, 1844 - Paris, 1925)

Pastel sur papier collé sur toile, 84,3 x 63,4 cm, 1888

Musée national des beaux-arts du Québec, Québec (Canada)


Lecture de la deuxième lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens (2 Co 12, 1-10)

Frères, faut-il se vanter ? Ce n’est pas utile. J’en viendrai pourtant aux visions et aux révélations reçues du Seigneur. Je sais qu’un fidèle du Christ, voici quatorze ans, a été emporté jusqu’au troisième ciel – est-ce dans son corps ? je ne sais pas ; est-ce hors de son corps ? je ne sais pas ; Dieu le sait –, mais je sais que cet homme dans cet état-là – est-ce dans son corps, est-ce sans son corps ? je ne sais pas, Dieu le sait – cet homme-là a été emporté au paradis et il a entendu des paroles ineffables, qu’un homme ne doit pas redire. D’un tel homme, je peux me vanter, mais pour moi-même, je ne me vanterai que de mes faiblesses. En fait, si je voulais me vanter, ce ne serait pas folie, car je ne dirais que la vérité. Mais j’évite de le faire, pour qu’on n’ait pas de moi une idée plus favorable qu’en me voyant ou en m’écoutant. Et ces révélations dont il s’agit sont tellement extraordinaires que, pour m’empêcher de me surestimer, j’ai reçu dans ma chair une écharde, un envoyé de Satan qui est là pour me gifler, pour empêcher que je me surestime. Par trois fois, j’ai prié le Seigneur de l’écarter de moi. Mais il m’a déclaré : « Ma grâce te suffit, car ma puissance donne toute sa mesure dans la faiblesse. » C’est donc très volontiers que je mettrai plutôt ma fierté dans mes faiblesses, afin que la puissance du Christ fasse en moi sa demeure. C’est pourquoi j’accepte de grand cœur pour le Christ les faiblesses, les insultes, les contraintes, les persécutions et les situations angoissantes. Car, lorsque je suis faible, c’est alors que je suis fort.


Méditation

Cette grâce, nous la recevons au baptême et à la confirmation, comme sur ce tableau...


La Prière de Thomas a Kempis (1380-1471) pour demander à Dieu la Grâce d’accomplir Sa volonté « Ô bon Jésus, accordez-moi Votre Grâce » :

« Accordez-moi, ô bon Jésus ! Votre grâce ; qu'elle soit en moi, qu’elle agisse avec moi, et qu'elle demeure avec moi jusqu'à la fin. Faites que je désire et veuille toujours ce qui vous est le plus agréable, et ce que vous aimez le plus. Que votre volonté soit la mienne; et que ma volonté suive toujours la vôtre, et jamais ne s'en écarte en rien. Qu'uni à vous, je ne veuille ni ne puisse vouloir que ce que vous voulez ; et qu'il en soit ainsi de ce que vous ne voulez pas. Donnez-moi de mourir à tout ce qui est du monde, et d'aimer être oublié et méprisé du siècle à cause de vous. Faites que je me repose en vous par-dessus tout ce qu'on peut désirer, et que mon cœur ne recherche sa paix qu'en vous. Vous êtes la véritable paix du cœur, son unique repos; hors de vous, tout pèse et inquiète. Dans cette paix, c'est-à-dire en vous seul, éternel et souverain bien, je dormirai et je me reposerai ! Ainsi soit-il. »


bottom of page