Samedi, 20ème semaine du T.O. — Année Paire

La gloire du Seigneur



Escalier menant à une estrade avec un trône auréolé d'une gloire

Anonyme

Dessin préparatoire pour un décor de théâtre, XVIIIème siècle

Dessin à l'aquarelle rouge, bleu, et rehauts de blanc ; 22,5 x 22,5 cm

Bibliothèque Nationale de France, Paris (France)


Lecture du livre du prophète Ézékiel (Ez 43, 1-7a)

L’homme me conduisit vers la porte, celle qui fait face à l’orient ; et voici que la gloire du Dieu d’Israël arrivait de l’orient. Le bruit qu’elle faisait ressemblait au bruit des grandes eaux, et la terre resplendissait de cette gloire. Cette vision ressemblait à celle que j’avais eue lorsque le Seigneur était venu détruire la ville ; elle ressemblait aussi à la vision que j’avais eue quand j’étais au bord du fleuve Kebar. Alors je tombai face contre terre. La gloire du Seigneur entra dans la Maison par la porte qui fait face à l’orient. L’esprit m’enleva et me transporta dans la cour intérieure : voici que la gloire du Seigneur remplissait la Maison. Et j’entendis une voix qui venait de la Maison, tandis que l’homme se tenait près de moi. Cette voix me disait : « Fils d’homme, c’est ici le lieu de mon trône, le lieu sur lequel je pose les pieds, et là je demeurerai au milieu des fils d’Israël, pour toujours. »


Méditation

Dieu va siéger, trôner au milieu de son peuple. Et ce peuple résidera dans le Temple de la Gloire, telle est la vision du prophète Ézékiel. Une vision dont les images et les bruits sont comparables à la vision antérieure du prophète voyant la ville détruite. Mais Jésus ne dirait-il pas la même chose (Jn 2, 19-21) : « Jésus leur répondit : « Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai. » Les Juifs lui répliquèrent : « Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce sanctuaire, et toi, en trois jours tu le relèverais ! » Mais lui parlait du sanctuaire de son corps. » Voilà peut-être l’aboutissement, ou plus exactement l’accomplissement de cette vision prophétique : nous résiderons dans le Corps du Christ, notre nouveau Temple, le sanctuaire de son corps. Alors, oui, il vient résider au milieu de son temple, au milieu de notre propre corps. Ce corps que certains veulent détruire, comme le premier temple, comme la vision du prophète, mais que lui veut reconstruire pour lui donner vie et siéger en son sein. Cette gloire de Dieu qui entre dans le temple n’est-elle pas comparable aux flammes qui descendent dans les apôtres au jour de la Pentecôte (Ac 2, 2-4) ? : « Soudain un bruit survint du ciel comme un violent coup de vent : la maison où ils étaient assis en fut remplie tout entière. Alors leur apparurent des langues qu’on aurait dites de feu, qui se partageaient, et il s’en posa une sur chacun d’eux. Tous furent remplis d’Esprit Saint : ils se mirent à parler en d’autres langues, et chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit. » Nous sommes devenus le Temple de la Gloire de Dieu, le temple de l’Esprit-Saint, comme le confirmera Paul (Ep 2, 21-22) : « En lui, toute la construction s’élève harmonieusement pour devenir un temple saint dans le Seigneur. En lui, vous êtes, vous aussi, les éléments d’une même construction pour devenir une demeure de Dieu par l’Esprit Saint. » Ouvrons lui les portes et entrons en nous, temple de Dieu, trône de sa Gloire.