top of page

Vendredi, 11e semaine du T.O. — Année impaire

Faites-vous des trésors dans le ciel



La parabole du levain, la parabole du pharisien et du publicain, la parabole du trésor caché

John Everett Millais (Southampton, 1829 - Londres, 1896)

Aquarelle sur papier, 32 x 73 cm, 1863

Aberdeen Art Gallery and Museum, Aberdeen (Royaume-Uni)


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 6, 19-23)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ne vous faites pas de trésors sur la terre, là où les mites et les vers les dévorent, où les voleurs percent les murs pour voler. Mais faites-vous des trésors dans le ciel, là où il n’y a pas de mites ni de vers qui dévorent, pas de voleurs qui percent les murs pour voler. Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur. « La lampe du corps, c’est l’œil. Donc, si ton œil est limpide, ton corps tout entier sera dans la lumière ; mais si ton œil est mauvais, ton corps tout entier sera dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, comme elles seront grandes, les ténèbres ! »


Méditation

Une double question toujours dans le droit fil du Sermon sur la montagne que nous écoutons ces jours-ci : « Où est ton vrai trésor ? » ; « Ton regard est-il pur ? » Ne les prenons ni pour des questions rhétoriques (figure de style qui consiste à poser une question n'attendant pas de réponse, cette dernière étant connue par celui qui la pose), ni pour des interrogations moralisatrices.


Où est notre vrai trésor, ce à quoi nous tenons le plus, ce qui nous fait vivre ? Est-il matériel ? Il ne durera pas. Est-il glorieux ? Notre gloire est souvent vaine et disparaît aussi vite qu’elle n’est apparue. Est-il humain, relationnel ? Ce n’est que passager. Est-ce notre travail ? Et à la retraite ? Est-il amoureux ? Le seul qui ne passera pas dit saint Paul… Est-il spirituel ? Le seul qui ne sera pas rouillé ni mangé par les vers ! Thérèse d’Avila ne disait-elle pas : « Que rien ne te trouble, que rien ne t'effraie, tout passe, Dieu seul demeure, la patience tout obtient ; qui possède Dieu, rien ne lui manque : Dieu seul suffit. (…) Tu vois la gloire du monde ? C’est une vaine gloire ; il n'a rien de stable, tout passe. Aspire au céleste, qui dure toujours ; fidèle et riche en promesses, Dieu ne change pas. Aime-Le comme Il le mérite, Bonté immense ; mais il n'y a pas d'amour de qualité sans la patience. (…) Même si lui viennent abandons, croix, malheurs, si Dieu est son trésor, il ne manque de rien. Allez-vous-en donc, biens du monde ; allez-vous-en, vains bonheurs : même si l'on vient à tout perdre, Dieu seul suffit. Amen. »


Quant à notre regard, est-il pur ou envieux ? Sait-il se réjouir du beau et du bien qu’il voit ou rester toujours insatisfait ? Sait-il admirer sans posséder (c’est ce qu’on appelle la chasteté !) Sait-il illuminer le regard de l’autre, ou le juger ? N’oublions jamais que le regard est le miroir de l’âme…


Ouvre mes yeux, Seigneur

Aux merveilles de ton amour

Je suis l'aveugle sur le chemin

Guéris-moi, je veux te voir

Ouvre mes mains, Seigneur

Qui se ferment pour tout garder

Le pauvre a faim devant ma maison

Apprends-moi à partager


Fais que je marche, Seigneur

Aussi dur que soit le chemin

Je veux te suivre jusqu'à la croix

Viens me prendre par la main


Fais que j'entende, Seigneur

Tous mes frères qui crient vers moi

À leurs souffrances et à leurs appels

Que mon cœur ne soit pas sourd


Garde ma foi, Seigneur

Tant de voix proclament ta mort

Quand vient le soir et le poids du jour

Ô Seigneur reste avec moi

bottom of page