top of page

Vendredi, 19e semaine du T.O. — année impaire

Anamnèse



Dieu parlant à Josué

Anonyme

Initiale « E » du livre de Josué, Bible glose, XIIIe siècle, Enluminure

Manuscrit : Troyes BM-MS 00106, folio 002

Bibliothèque municipale, Troyes (France)


Lecture du livre de Josué (Jos 24, 1-13)

En ces jours-là, Josué réunit toutes les tribus d’Israël à Sichem ; puis il appela les anciens d’Israël, avec les chefs, les juges et les scribes ; ils se présentèrent devant Dieu. Josué dit alors à tout le peuple : « Ainsi parle le Seigneur, le Dieu d’Israël : Vos ancêtres habitaient au-delà de l’Euphrate depuis toujours, jusqu’à Tèrah, père d’Abraham et de Nahor, et ils servaient d’autres dieux. Alors j’ai pris votre père Abraham au-delà de l’Euphrate, et je lui ai fait traverser toute la terre de Canaan ; j’ai multiplié sa descendance, et je lui ai donné Isaac. À Isaac, j’ai donné Jacob et Ésaü. À Ésaü, j’ai donné en possession la montagne de Séïr. Jacob et ses fils sont descendus en Égypte. J’ai envoyé ensuite Moïse et Aaron, et j’ai frappé l’Égypte par tout ce que j’ai accompli au milieu d’elle. Ensuite, je vous en ai fait sortir. Donc, j’ai fait sortir vos pères de l’Égypte, et vous êtes arrivés à la mer ; les Égyptiens poursuivaient vos pères avec des chars et des guerriers jusqu’à la mer des Roseaux. Vos pères crièrent alors vers le Seigneur, qui étendit un brouillard épais entre vous et les Égyptiens, et fit revenir sur eux la mer, qui les recouvrit. Vous avez vu de vos propres yeux ce que j’ai fait en Égypte, puis vous avez séjourné longtemps dans le désert. Je vous ai introduits ensuite dans le pays des Amorites qui habitaient au-delà du Jourdain. Ils vous ont fait la guerre, et je les ai livrés entre vos mains : vous avez pris possession de leur pays, car je les ai anéantis devant vous. Puis Balaq, fils de Cippor, roi de Moab, se leva pour faire la guerre à Israël, et il envoya chercher Balaam, fils de Béor, pour vous maudire. Mais je n’ai pas voulu écouter Balaam : il a même dû vous bénir, et je vous ai sauvés de la main de Balaq. Ensuite, vous avez passé le Jourdain pour atteindre Jéricho ; les chefs de Jéricho vous ont fait la guerre, ainsi que de nombreux peuples, mais je les ai livrés entre vos mains. J’ai envoyé devant vous des frelons, qui ont chassé les deux rois amorites ; ce ne fut ni par ton épée ni par ton arc. Je vous ai donné une terre qui ne vous a coûté aucune peine, des villes dans lesquelles vous vous êtes installés sans les avoir bâties, des vignes et des oliveraies dont vous profitez aujourd’hui sans les avoir plantées. »


Méditation

Josué : Que vais-je leur dire, Seigneur ? Voici que nous avons passé le Jourdain à pieds secs. Nous voici arrivé sur la terre que tu avais promise à nos pères, terre où coule lait et le miel. Ils sont là, réjouis et rassurés, devant moi. Ils attendent une parole, une discours éloquent et enthousiasmant. Mais, tu le sais Seigneur, je suis bien faible et comme Moïse, je ne suis pas doué pour ce genre d’exercice. Que dois-je leur dire ?


Le Seigneur : Ne t’inquiète pas. Mon Esprit t’inspirera les paroles qu’il faut. Mais avant, écoute bien ce que tu dois leur faire comprendre. Les hommes ont la tête dure ! Tellement dure et pourtant tellement perméable ! Ainsi, ils ont beaucoup de mal à se souvenir de certaines choses… Les malheurs, ils les oublient rarement, ressassant continuellement les heures douloureuses, et cherchant un bouc-émissaire à qui ils pourraient reprocher leurs problèmes, sans imaginer un seul instant qu’ils puissent en être quelque peu responsables… Quant aux moments heureux, ils s’en souviennent comme des instants de plaisirs : leurs vacances, leurs réussites, leurs enfants : bref, le petit monde dont ils sont le centre. Mais le bonheur plus général comme être libre, être en bonne santé, avoir un toit, etc. Tout cela leur semble tellement évident, pour ne pas dire « dû » qu’ils l’oublient. Si tu me permets cette allégorie, c’est comme une dent… (Boris Vian) :


La vie c'est comme une dent.

D'abord on n'y a pas pensé ;

On s'est contenté de mâcher.

Et puis ça se gâte soudain…

Ça vous fait mal et on y tient ;

Et on la soigne et les soucis,

Et pour qu'on soit vraiment guéri,

Il faut vous l'arracher : la vie…


Et depuis quarante ans, tout ce que j’ai fait pour eux, ils risquent de vite l’oublier une fois qu’ils seront tranquillement installés sur cette Terre Promise. Ou alors, ils se rappellerons surtout les moments difficiles comme la faim et la soif dans le désert. Très curieusement, ils ne se souviendront plus de l’épisode du veau d’or… Ils sont d’une telle velléité…


Alors, avant de leur dire ce qu’ils vont obtenir, même s’il faudra encore pour un temps passer par les armes, remets-leur en mémoire tout ce que j’ai fait pour eux depuis que je les ai sortis de leur esclavage. Et même, enraciné-les dans l’histoire de leur peuple, car un peuple qui oublie son passé ne peut pas construire son avenir. Et s’il en est ainsi pour tout un peuple, combien plus cela est vrai pour chaque personne. Que tes paroles leur rappellent qu’ils font parie de cette histoire, de ce parcours saint, qu’ils en sont, chacun, un chaînon, tant par les grâces reçues que par les péchés commis. Mets-leur en mémoire leur propre histoire personnelle faite de beauté et de cicatrices. Ces cicatrices n’abiment pas leur visage, au contraire, elles leur donnent sa véritable beauté : la beauté de l’expérience d’une vie. Rappelle-leur humblement que toutes les grâces reçues ne viennent pas uniquement de leurs mérites mais aussi, et surtout, de ma longanimité, de mon amour pour eux.


Je ne leur demande aucun paiement pour tout cela, hormis qu’ils me regardent, qu’ils m’écoutent, qu’ils me parlent et que je sois toujours devant leurs yeux. Car ils ont du prix à mes yeux, et moi j’ai inscris chacun de leurs noms dans la paume de ma main. Pour qu’ils puissent dans ce présent bâtir un avenir, rafraichit leur mémoire du passé. Aide-les à faire anamnèse du passé, du présent et de l’avenir : « Nous annonçons ta mort, Seigneur Jésus. Nous proclamons ta résurrection. Nous attendons ta venue dans la Gloire. »

bottom of page