Vendredi, 24ème semaine du T.O. — Année Paire

Résurrection ?



L’ascension au ciel

Jérôme Bosch (Bois-le-Duc, vers 1450 - Bois-le-Duc, 1516)

Vers 1500-1504. huile sur panneau de bois. 86,5 × 39,5 cm

Gallerie dell'Accademia, Venise (Italie)


Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens (1 Co 15, 12-20)

Frères, nous proclamons que le Christ est ressuscité d’entre les morts ; alors, comment certains d’entre vous peuvent-ils affirmer qu’il n’y a pas de résurrection des morts ? S’il n’y a pas de résurrection des morts, le Christ non plus n’est pas ressuscité. Et si le Christ n’est pas ressuscité, notre proclamation est sans contenu, votre foi aussi est sans contenu ; et nous faisons figure de faux témoins de Dieu, pour avoir affirmé, en témoignant au sujet de Dieu, qu’il a ressuscité le Christ, alors qu’il ne l’a pas ressuscité si vraiment les morts ne ressuscitent pas. Car si les morts ne ressuscitent pas, le Christ non plus n’est pas ressuscité. Et si le Christ n’est pas ressuscité, votre foi est sans valeur, vous êtes encore sous l’emprise de vos péchés ; et donc, ceux qui se sont endormis dans le Christ sont perdus. Si nous avons mis notre espoir dans le Christ pour cette vie seulement, nous sommes les plus à plaindre de tous les hommes. Mais non ! le Christ est ressuscité d’entre les morts, lui, premier ressuscité parmi ceux qui se sont endormis.


Méditation

Si le Christ n’est pas ressuscité, alors il ne peut être question de résurrection pour personne. Et donc, notre foi est vaine, nulle et non avenue, elle n’est plus qu’une simple tradition morale, sans plus ! Et comme le dit Paul nous sommes les plus à plaindre de tous les hommes… Cela revient à nier le kérygme dont nous parlions hier.

Pourtant — malheureusement, même chez les chrétiens — la croyance en la réincarnation semble faire meilleur florès. Notre vie terrestre nous semble-t-elle tellement merveilleuse que nous désirons la recommencer éternellement ? Ou alors, pensons-nous que nous allons faire mieux dans un nouvel essai ? Encore faudrait-il avoir mémoire de nos vies passées et terminées ! En fait, c’es éternellement (c’est le cas de le dire) le même problème : nous préférons ce que nous connaissons à l’inconnu. Et la résurrection, le Royaume des Cieux, nous paraît bien difficile à conceptualiser. Parce qu’il faudrait s’en faire des représentations ? Non ! Seule cette peinture de Jérôme Bosch devrait nous suffire comme image. Quant à la description, il suffit de lire le Nouveau Testament : tout y est !


Pour moi, je me contenterai de ce qu’écrivait Guy de Larigaudie avant de mourir (se dernière lettre destinée à une carmélite et retrouvée sur sa dépouille en 1940) : « Voulez-vous, lorsque vous apprendrez ma mort, écrire à maman pour la consoler… Vous lui direz qu'elle pense que je suis parti pour une terre lointaine bien plus belle que les îles de corail, où je posséderai toute la lumière, toute la beauté, tout l'amour dont j'avais tellement soif… »