top of page

Vendredi, 27e semaine du T.O. — Année Paire

Une maison balayée



Vue d'intérieur ou Les Pantoufles Samuel van HOOGSTRATEN (Dordrecht, 1627 - Dordrecht, 1678)

Huile sur toile, 103 x 70 cm, vers 1658

Musée du Louvre, Paris (France)


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 11, 15-26)

En ce temps-là, comme Jésus avait expulsé un démon, certains dirent : « C’est par Béelzéboul, le chef des démons, qu’il expulse les démons. » D’autres, pour le mettre à l’épreuve, cherchaient à obtenir de lui un signe venant du ciel. Jésus, connaissant leurs pensées, leur dit : « Tout royaume divisé contre lui-même devient désert, ses maisons s’écroulent les unes sur les autres. Si Satan, lui aussi, est divisé contre lui-même, comment son royaume tiendra-t-il ? Vous dites en effet que c’est par Béelzéboul que j’expulse les démons. Mais si c’est par Béelzéboul que moi, je les expulse, vos disciples, par qui les expulsent-ils ? Dès lors, ils seront eux-mêmes vos juges. En revanche, si c’est par le doigt de Dieu que j’expulse les démons, c’est donc que le règne de Dieu est venu jusqu’à vous. Quand l’homme fort, et bien armé, garde son palais, tout ce qui lui appartient est en sécurité. Mais si un plus fort survient et triomphe de lui, il lui enlève son armement auquel il se fiait, et il distribue tout ce dont il l’a dépouillé. Celui qui n’est pas avec moi est contre moi ; celui qui ne rassemble pas avec moi disperse. Quand l’esprit impur est sorti de l’homme, il parcourt des lieux arides en cherchant où se reposer. Et il ne trouve pas. Alors il se dit : “Je vais retourner dans ma maison, d’où je suis sorti.” En arrivant, il la trouve balayée et bien rangée. Alors il s’en va, et il prend d’autres esprits encore plus mauvais que lui, au nombre de sept ; ils entrent et s’y installent. Ainsi, l’état de cet homme-là est pire à la fin qu’au début. »


Méditation

La fin de cet évangile m’a toujours surpris et j’ai immédiatement pensé à cette toile du Louvre, avec ce balai qui repose contre le mur dans une maison propre mais vide, sans vie. Pourtant la bougie est allumée, les pantoufles attendent leur propriétaire qui a même laissé la clé sur la porte. Parce que tout est rangé et nettoyé, il se croit tranquille et part se promener. Comme en notre âme. Nous avons fait un peu de ménage, nous avons fait le bilan, nous nous sommes confessés, nous avons remis les éléments de notre vie dans une juste hiérarchie. Tout est bien en ordre, je peux laisser tranquille la maison. J’ai reçu tous les sacrements, j’ai fait mes prières, j’ai donné une piécette à un pauvre, me voilà tranquille, mon château intérieur est « nickel ». Et je laisse la porte ouverte…


Eh bien, s’il y en a bien un qui vous remercie, c’est le démon ! Il peut tranquillement entrer en vous et faire ce qu’il veut. Et il y amène même des amis (ou ennemis !). Comment résumer cela simplement : rien n’est jamais acquis. Nous le savons pour l’amour. C’est la même chose pour la vie intérieure. Il ne suffit pas de balayer une fois de temps en temps. Le mieux est d’occuper la maison intérieure, de ne jamais la laisser vide, et surtout, d’y inviter notre Ami : le Christ !

bottom of page