18 décembre

Le songe de Joseph -



Le songe de Joseph,

Alonso Vasquez (Ronda, 1565 - Mexico, 1608),

Huile sur toile, 58,4 x 67,3 cm

Collection privée


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu (Mt 1, 18-24)

Voici comment fut engendré Jésus Christ : Marie, sa mère, avait été accordée en mariage à Joseph ; avant qu’ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint. Joseph, son époux, qui était un homme juste, et ne voulait pas la dénoncer publiquement, décida de la renvoyer en secret. Comme il avait formé ce projet, voici que l’ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse, puisque l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint ; elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus (c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. » Tout cela est arrivé pour que soit accomplie la parole du Seigneur prononcée par le prophète : Voici que la Vierge concevra, et elle enfantera un fils ; on lui donnera le nom d’Emmanuel, qui se traduit : « Dieu-avec-nous ». Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse.


Méditation

Je ne reviendrai pas sur les quatre songes de Joseph où l’ange lui parle (trois de plus que Marie…) que j’ai déjà commenté le jour de sa fête du 19 mars. Mais arrêtons-nous simplement quelques instants sur les songes. Ils sont nombreux dans la Bible et ne doivent pas s’entendre comme des rêves. Les rêves sont le fruit de notre imagination, de notre cerveau qui a besoin de se reposer en évacuant toutes les images qui nous remplissent la tête. Le songe, lui, est un message divin.


Ainsi trouve-t-on dans le livre de Job (Jb 33, 14-18) : « C’est que Dieu parle une fois, deux fois, sans que l’on y prenne garde. Dans un songe, une vision nocturne, quand tombe une torpeur sur les hommes et qu’ils sont assoupis sur leur lit, alors, il leur ouvre l’oreille et leur adresse des sommations, pour détourner l’être humain de ses œuvres, et pour prémunir le héros de l’orgueil. Ainsi il préserve son âme de la fosse, sa vie, du passage au chenal de la mort. » Soyons attentifs à nos songes… peut-être Dieu nous parle-t-il, peut-être veut-il ouvrir nos oreilles, nous adresser des sommations pour nous éviter les drames, nous détourner de toute oeuvre humaine qui n’est pas partie prenante de son dessein et surtout nous prémunir de l’orgueil en nous rappelant que nous ne sommes que de pauvres créatures fragiles et infirmes ? C’est peut-être aussi dans notre sommeil qu’il nous emmènera vers notre dernière demeure. Alors, avant de nous endormir, adressons-lui une dernière prière implorant sa miséricorde. Et au matin, rendons-lui grâce dès notre réveil. Entre les deux, laissons-le dire à notre âme ce qu’elle a besoin d’entendre. Si notre âme le dit à notre raison, tant mieux. Sinon, laissons la pluie de grâces de la nuit agir d’elle-même !