top of page

XIe Dimanche du Temps Ordinaire (B)

La mère des vertus ?



Paysage avec la parabole du semeur

Pierre Bruegel le Vieux (Brera, 1525 - Bruxelles, 1569)

Huile sur toile, 1557, 74 x 102,9 cm

Timken Museum of Art, San Diego (U.S.A.)


Évangile de Jésus-Christ selon Saint Marc (Mc 4, 26-34)

En ce temps-là, parlant à la foule, Jésus disait : « Il en est du règne de Dieu comme d’un homme qui jette en terre la semence : nuit et jour, qu’il dorme ou qu’il se lève, la semence germe et grandit, il ne sait comment. D’elle-même, la terre produit d’abord l’herbe, puis l’épi, enfin du blé plein l’épi. Et dès que le blé est mûr, il y met la faucille, puisque le temps de la moisson est arrivé. » Il disait encore : « À quoi allons-nous comparer le règne de Dieu ? Par quelle parabole pouvons-nous le représenter ? Il est comme une graine de moutarde : quand on la sème en terre, elle est la plus petite de toutes les semences. Mais quand on l’a semée, elle grandit et dépasse toutes les plantes potagères ; et elle étend de longues branches, si bien que les oiseaux du ciel peuvent faire leur nid à son ombre. » Par de nombreuses paraboles semblables, Jésus leur annonçait la Parole, dans la mesure où ils étaient capables de l’entendre. Il ne leur disait rien sans parabole, mais il expliquait tout à ses disciples en particulier.


L’artiste

Pieter Bruegel l’Ancien (déformation d’un nom paysan aussi épelé Brueghel ou Breughel), fut le plus grand peintre flamand du XVIe siècle, dont les paysages et les scènes vigoureuses et souvent spirituelles de la vie paysanne sont particulièrement réputés. Il a épelé son nom Brueghel jusqu’en 1559, et ses fils ont conservé le "h" dans l’orthographe de leurs noms. Depuis que Bruegel a signé et daté plusieurs de ses œuvres, son évolution artistique peut être retracée des premiers paysages, dans lequel il montre une affinité avec la tradition paysagère flamande du XVIe siècle, à ses dernières œuvres, italiennes. Il a exercé une forte influence sur la peinture dans les Pays-Bas, et par ses fils Jan et Pieter, il est devenu l’ancêtre d’une dynastie de peintres qui a survécu au XVIIIe siècle.


Nous avons peu d’informations sur sa vie. Selon Het Schilderboeck de Carel van Mander (Livre des peintres), publié à Amsterdam en 1604 (35 ans après la mort de Bruegel), Bruegel a été apprenti de Pieter Coecke van Aelst, un artiste anversois de premier plan qui s’était installé à Bruxelles. Chef d’un grand atelier, Coecke était un sculpteur, architecte et concepteur de tapisseries et de vitraux qui avait voyagé en Italie et en Turquie. Bien que les premières œuvres survivantes de cette époque ne montrent aucune dépendance stylistique de l’art italianiste de Coecke, les influences avec les compositions de Coecke peuvent être détectées dans les années ultérieures, en particulier après 1563, lorsque Bruegel épouse la fille de Coecke, Mayken. En tout cas, l’apprentissage avec Coecke a représenté un contact précoce avec le milieu humaniste. Grâce à Coecke Bruegel s’est ainsi indirectement lié à une autre tradition. L’épouse de Coecke, Maria Verhulst Bessemers, était une peintre connue pour son travail à l’aquarelle ou à la tempéra sur lin (suspension de pigments dans le jaune d’oeuf ou une substance gluante). La technique a été largement pratiquée dans sa ville natale de Malines et a été plus tard employée par Bruegel. C’est aussi dans les œuvres des artistes de Malines que le matériel thématique allégorique et paysan apparaît pour la première fois. Ces sujets, inhabituels à Anvers, ont ensuite été traités par Bruegel.


En 1551 ou 1552, Bruegel entreprend le voyage traditionnel de l’artiste nordiste en Italie, probablement en passant par la France. Au regard de plusieurs peintures, dessins et gravures existants, on peut supposer qu’il a voyagé au-delà de Naples en Sicile, peut-être jusqu’à Palerme. En 1553, il aurait vécu pendant un certain temps à Rome, où il aurait travaillé avec un célèbre miniaturiste, Giulio Clovio, un artiste grandement influencé par Michel-Ange et plus tard un patron du jeune El Greco. L’inventaire du domaine de Clovio montre qu’il possédait un certain nombre de peintures et de dessins de Bruegel ainsi qu’une miniature réalisée par les deux artistes en collaboration. C’est à Rome, en 1553, que Bruegel a produit sa première peinture signée et datée, Paysage avec le Christ et les Apôtres à la mer de Tibériade. Les saintes figures de cette peinture ont probablement été faites par Marten de Vos, un peintre d’Anvers travaillant alors en Italie.


Les premières œuvres survivantes, y compris deux dessins avec des paysages italiens esquissés lors de son voyage vers le sud et daté 1552, sont des paysages. Un certain nombre de dessins de régions alpines, réalisés entre 1553 et 1556, indiquent le grand impact de l’expérience de la montagne sur cet homme des Pays-Bas. À l’exception possible d’un dessin d’une vallée entre les montagnes par Léonard de Vinci, les paysages de Bruegel sont presque sans équivalent dans l’art européen pour leur rendu de cette grandeur écrasante des hautes montagnes. Très peu des dessins ont été faits sur place, et plusieurs ont été réalisés après le retour de Bruegel, à une date inconnue, à Anvers. La grande majorité sont des compositions libres, des combinaisons de motifs esquissés lors de son voyage à travers les Alpes. Certains ont été conçus pour des gravures commandées par Hiëronymus Cock, un graveur et le plus important éditeur d’estampes d’Anvers.


Bruegel devait travailler pour Cock jusqu’à ses dernières années, mais, à partir de 1556, il se concentra, étonnamment, sur des sujets satiriques, didactiques et moralisateurs, souvent à la manière fantastique ou grotesque de Hiëronymus Bosch, dont les imitations étaient très populaires à l’époque. D’autres artistes se contentent d’une imitation plus ou moins proche de Bosch, mais l’inventivité de Bruegel élève ses créations au-dessus de la simple imitation, et il trouve bientôt des moyens d’exprimer ses idées d’une manière bien différente. Sa renommée précoce reposait sur des estampes publiées par Cock d’après ces dessins. Mais le nouveau sujet et l’intérêt pour la figure humaine ne l’ont pas conduit à abandonner les paysages. Bruegel, en effet, a étendu ses explorations dans ce domaine. Côte à côte avec ses compositions montagnardes, il commence à dessiner les bois dans la campagne, puis se tourne vers les villages flamands, et, en 1562, vers les paysages urbains avec les tours et les portes d’Amsterdam.


Le double intérêt pour le paysage et les sujets nécessitant la représentation de figures humaines a également éclairé, souvent conjointement, les peintures que Bruegel a produites en nombre croissant après son retour d’Italie. Toutes ses peintures, même celles où le paysage apparaît comme une caractéristique dominante, ont un contenu narratif. À l’inverse, dans celles qui sont principalement narratives, le paysage porte souvent une partie du sens. Des peintures datées ont survécu pour chaque année de cette période sauf pour 1558 et 1561. Dans cette décennie est célébré le mariage de Bruegel à Mayken Coecke dans l’église de Notre-Dame de la Chapelle à Bruxelles en 1563 et son déménagement dans cette ville, dans laquelle Mayken et sa mère vivaient. Sa résidence a récemment été restaurée et transformée en musée « Bruegel ». Il y a, cependant, un doute quant à l’exactitude du lieu.


À Bruxelles, Bruegel produit ses plus grandes peintures, mais seulement quelques dessins pour les gravures, ses liens avec Hiëronymus Cock se sont certainement estompés depuis son départ d’Anvers. Une autre raison de son intérêt pour la peinture est peut-être son succès croissant dans ce domaine. Parmi ses mécènes se trouvait le cardinal Antione Perrenot de Granvelle, président du Conseil d’État des Pays-Bas, dont le sculpteur Jacques Jonghelinck avait un atelier au palais de Bruxelles. Lui et Bruegel avaient voyagé en Italie en même temps, et son frère, un riche collectionneur anversois, Niclaes, était le plus grand patron de Bruegel, ayant acquis en 1566, seize de ses peintures. Un autre patron était Abraham Ortelius, qui dans une nécrologie mémorable, appelle Bruegel « l’artiste le plus parfait du siècle ». La plupart de ses peintures ont été réalisées pour des collectionneurs.


Bruegel mourut en 1569 et fut enterré à Notre-Dame de la Chapelle à Bruxelles.


L’évolution artistique de Bruegel

En plus d’un grand nombre de dessins et de gravures de Bruegel, 45 peintures authentifiées provenant d’une production beaucoup plus importante (aujourd’hui perdue) ont été conservées. De ce nombre, environ un tiers est détenu par le Kunsthistorisches Musée de Vienne, reflétant l’intérêt vif des princes de Habsbourg dans les XVIe et XVIIe siècles dans l’art de Bruegel.


Dans ses premières œuvres survivantes, Bruegel apparaît comme essentiellement un paysagiste, dans la plus pure tradition paysagère flamande du XVIe siècle, ainsi que de Titien et d’autres peintres paysagistes vénitiens. Après son retour d’Italie, il s’est orienté vers des compositions aux multiples figures, des représentations de foules disposées librement tout au long de l’image et généralement vues d’en haut. Ici aussi, on trouve des antécédents dans l’art de Hieronymus Bosch et d’autres peintres plus proches du temps de Bruegel.


En 1564 et 1565, sous le charme de l’art italien et surtout de Raphaël, Bruegel réduit drastiquement le nombre de figures, les peignant plus grandes et rapprochées dans un espace très étroit. En 1565, cependant, il se tourna de nouveau vers le paysage avec la célèbre série connue sous le nom de Travaux des mois. Plus tard, les foules apparaissent à nouveau, disposées en groupes densément concentrés.


Les dernières œuvres de Bruegel montrent souvent une affinité frappante avec l’art italien. L’agencement diagonal des figures dans Mariage paysan rappelle les compositions vénitiennes. Bien que transformés en paysans, les figures dans des œuvres comme Paysan et Oiseau Nester (1568) ont quelque chose de la grandeur de Michel-Ange. Dans les toutes dernières œuvres, deux tendances apparaissent ; d’une part, une monumentalisation combinée et une simplification extrême des figures et, d’autre part, une exploration de la qualité expressive des paysages. Mais son ancienne tendance est malgré tout encore évidente dans ses Chasseurs dans la neige (1565), une de ses peintures d’hiver. Ce style se manifeste aussi dans l’atmosphère radieuse et ensoleillée de La Pie au gibet et dans le caractère menaçant et sombre de La Tempête en mer, œuvre inachevée, probablement la dernière peinture de Bruegel.


Bruegel n’était pas moins intéressé à observer les œuvres de l’homme. Notant chaque détail avec une exactitude presque scientifique, il a rendu les navires avec une grande précision dans plusieurs peintures et dans une série de gravures. Les deux tableaux de la Tour de Babel (l’un datant de 1563, l’autre non daté) donnent une image très fidèle des opérations de construction contemporaines. La Tour Rotterdam de Babel illustre encore une autre caractéristique de l’art de Bruegel, un intérêt obsessionnel dans le mouvement de rendu. Dans la peinture de Rotterdam, le mouvement est transmis à un objet inanimé, la tour semblant être montrée en rotation. Plus frappant encore, dans La Pie au Gibet, la potence participe apparemment à la danse des paysans montrés à côté d’eux. Les nombreux tableaux de danses paysannes sont des exemples des représentations processionnelles comme dans Le chemin du calvaire et dans La conversion de saint Paul. Ce dernier travail transmet également cette sensation du mouvement des figures à travers le terrain en constante évolution des régions montagneuses. Cette impression était apparue d’abord dans les premiers dessins de montagne et plus tard, sous une forme différente, dans Le voyage en Égypte (1563). Vers la fin de sa vie, Bruegel semble avoir été fasciné par le problème de la chute de la figure. Ses études ont atteint leur apogée dans un rendu des étapes successives de la chute dans la parabole des aveugles. L’unité parfaite de la forme, du contenu et de l’expression font de ce tableau le point culminant de l’art européen.


Le sujet des compositions de Bruegel couvre une gamme impressionnante. En plus des paysages, son répertoire se compose de scènes bibliques conventionnelles et de paraboles du Christ, sujets mythologiques comme dans Paysage avec la chute d’Icare (deux versions), et les illustrations de proverbes dans Les proverbes néerlandais. Ses compositions allégoriques sont souvent de caractère religieux, comme les deux séries gravées des Vices (1556-1557) et des Vertus (1559-1560), mais ils ont inclus des satires sociales profanes. Les scènes de la vie paysanne sont bien connues, mais un certain nombre de sujets qui ne sont pas faciles à classer comprennent La lutte entre le carnaval et le carême (1559), Jeux pour enfants (1560), et Dulle Griet, également connu sous le nom Mad Meg (1562).


La peinture

Ce panneau est parmi les premières peintures signées par Bruegel. En peignant le paysan au premier plan à gauche, il pensait sans doute à la parabole du semeur, qui sème sa semence sur une bonne et une mauvaise terre (Matthieu 13).


Ce que je vois

Le tableau semble coupé par une diagonale. En haut à droite, un paysage de montagnes bleutées, avec un village le long de l’embouchure du fleuve, et un château médiéval hissé sur un promontoire rocheux. Un fleuve aux eaux turquoises défile et transporte des bateaux qui viennent vider leurs cargaisons sur la berge. Le ciel et la mer se dissipent dans un blanc vaporeux.


En bas à gauche, un paysage de bois et de quelques maisons est beaucoup plus sombre. Au loin, près d’un clocher qui domine la berge, des paysans labourent le sol avec un cheval. Ils viennent sûrement de la ferme plus à droite, au toit de chaume, là où un autre paysan récolte son blé.


Plus près de nous, une autre ferme défie la pente. Au bord de l’enclos, deux oiseaux paraissent se reposer. C’est certainement de cette ferme que vient notre paysan au premier plan. D’un geste auguste, dans un champ terreux, il jette son grain. Mais déjà les oiseaux viennent pour se régaler de cette manne providentielle... Il faut dire que le champ ne semble pas très entretenu. On ne distingue aucun sillon. Et un arbre foudroyé, dont on distingue le tronc pourri à droite, est tombé au beau milieu des terres.


La nature œuvre d’elle-même

Comme pour notre tableau traversé par un fleuve, Jésus parle aux foules d’une barque, légèrement à l’écart pour ne pas être écrasé. Et, de nouveau, il nous propose une allégorie tirée de la nature. Un homme sème son grain, il le jette à la volée. Bien sûr, et tout agriculteur le sait, il ne s’agit pas simplement de jeter la semence et d’attendre qu’elle pousse avant de la récolter. Il y a quand même un peu de travail. Il faut préparer la terre, l’aérer, la labourer. Puis semer, parfois arroser. Aujourd’hui... on ajoute de l’engrais ! Retirer les mauvaises herbes qui pourraient étouffer l’épi, même si Jésus conseille de la laisser (Parabole de l’ivraie, Mt 13, 24-30 - cf. Homélie du XVIe dimanche du temps ordinaire, année A) :

Il leur proposa une autre parabole : « Le royaume des Cieux est comparable à un homme qui a semé du bon grain dans son champ. Or, pendant que les gens dormaient, son ennemi survint ; il sema de l’ivraie au milieu du blé et s’en alla. Quand la tige poussa et produisit l’épi, alors l’ivraie apparut aussi. Les serviteurs du maître vinrent lui dire : “Seigneur, n’est-ce pas du bon grain que tu as semé dans ton champ ? D’où vient donc qu’il y a de l’ivraie ?” Il leur dit : “C’est un ennemi qui a fait cela.” Les serviteurs lui disent : “Veux-tu donc que nous allions l’enlever ?” Il répond : “Non, en enlevant l’ivraie, vous risquez d’arracher le blé en même temps. Laissez-les pousser ensemble jusqu’à la moisson ; et, au temps de la moisson, je dirai aux moissonneurs : Enlevez d’abord l’ivraie, liez-la en bottes pour la brûler ; quant au blé, ramassez-le pour le rentrer dans mon grenier.” »

Puis vient de le temps de la récolte. Mais en fait, entre deux, hormis ces quelques travaux, qu’avons-nous fait ? Rien ! La nature pousse d’elle-même. Et même si nous n’avions ni labouré, ni arrosé, ni nettoyé... le grain aurait quand même poussé. Bien sûr, le rendement serait moindre, mais la nature reprend toujours ses droits. Et son premier droit est de croître. Je me rappelle ces champs dans les Andes boliviennes où poussaient de faméliques épis. Faible rendement... mais ça poussait quand même ! Saint Paul, qui n’est pas connu pour autant pour ses qualités agronomiques disait cependant (1 Cor 3, 6-7) :

Moi, j’ai planté, Apollos a arrosé ; mais c’est Dieu qui donnait la croissance. Donc celui qui plante n’est pas important, ni celui qui arrose ; seul importe celui qui donne la croissance : Dieu.

Patience

C’est bien Dieu qui donne la croissance... En effet, ce qui est le plus utile à ce paysan, ce n’est pas sa bêche, son arrosoir ou sa serpe... c’est la patience ! Patience pour laisser l’épi croître à son rythme. C’est peut-être la vertu qui nous (me) manque le plus !


Je me demande si, parfois, nous ne nous trompons pas sur le sens de cette vertu... Patience, mère de toutes les vertus !? De tout temps, on a écrit sur la patience : d’Horace à Shakespeare, en passant par La Fontaine, Voltaire ou encore Plutarque, la patience a toujours été considérée comme une vertu essentielle pour atteindre la sagesse, la gloire ou la réussite. Les vertus de la patience sont célébrées par l’expression « Tout vient à point à qui sait attendre », laquelle trouve son origine dans l'œuvre de Clément Marot, poète français né à la fin du XVe siècle. Son sens est transparent et développe l’idée qu’on arrive à tout avec de la patience et du temps. Il est également intéressant de rapprocher cette expression à la célèbre citation qui clôt l’ouvrage Candide de Voltaire : « Il faut savoir cultiver son jardin ». Comme dans notre évangile...


En Grèce, la sagesse populaire dit : « Αγάλι αγάλι γίνεται η αγουρίδα μέλι », que l’on pourrait traduire par « c’est petit à petit que le raisin vert devient sucré ». Cette expression imagée s’utilise pour inviter à la patience quelqu’un qui est pressé d’arriver à un résultat et illustre parfaitement bien ce propos. Car « Το καλό πράγμα αργεί να γίνει », « les bonnes choses arrivent tard ».


Mais est-ce exactement la vertu de patience dont nous parle l’Église ? Car, enfin, l’étymologie du mot est claire...


De la patience à la passion

Le dictionnaire précise que ce mot est un emprunt ancien (vers 1120) au latin patientia, « action de supporter, d’endurer ». La patience n’est donc pas une vertu si facile où il suffirait d’attendre. Cela s’appelle alors du quiétisme. Et, nous rappelons la célèbre controverse entre Fénelon, le cygne de Cambrai, et Bossuet, l’aigle de Meaux, à ce sujet. Il suffirait d’attendre que la grâce agisse, sans rien faire, d’où le nom de quiétisme. Le pape Innocent XII condamne Fénelon ainsi que Madame Guyon (adepte de la théorie du « pur amour de Dieu ») en 1699 et cette doctrine est mise au ban de l'Église. La conséquence du long débat entre Bossuet et Fénelon, et la défaite de ce dernier, sera une crise religieuse et le discrédit du mysticisme chrétien au cours du siècle suivant.


Il me semble que l’Église a peut-être été un peu vite dans sa condamnation. Bien sûr, il ne s’agit pas de s’asseoir et d’attendre sans rien faire, mais accepter de supporter l’épreuve de l’attente ne me paraît pas être du quiétisme... C’est plutôt une passion.


Car le mot « passion » a exactement la même origine étymologique. Comment un patient (chez le médecin). C’est celui qui souffre. Parfois, il est vrai que dans la salle d’attente le patient porte doublement son nom !


La vertu de patience ne serait-elle pas alors de souffrir en silence, d’accepter cette souffrance comme inéluctable, et de la supporter le mieux possible... Rappelons-nous la devise de la reine Victoria : « Never explain, never complain ! », ne jamais s’expliquer, ne jamais se plaindre. Ou alors la mort silencieuse de tant de saints. Et je pense particulièrement à la petite Thérèse.


La patience ne serait rien d’autre que de se préparer à la passion. Je sais notre désir de ne pas souffrir. Qui le voudrait ? L’Église non plus ne le veut pas. Elle condamnera même ceux qui, volontairement, font le choix du martyr. La vie est trop précieuse pour la gâcher. Mais quand la souffrance nous tombe dessus, la sainteté est de l’accepter, patiemment, en union avec la passion de Jésus. La souffrance ne sera jamais rédemptrice. Son acceptation, et encore mieux son offrande pour le salut des autres, toujours !


Encore plus de sens

Mais Jésus va donner encore plus de sens à cette parabole. J’aime bien ce mot « sens » car il a beaucoup de sens (c’est le cas de le dire !) :

  1. Faculté d'éprouver des sensations ; système récepteur d'une catégorie spécifique de sensations : nos cinq sens.

  2. Faculté de bien juger, de comprendre les choses et d'apprécier les situations avec discernement : avoir du bon sens.

  3. Idée, signification représentée par un signe ou un ensemble de signes ; représentation intelligible évoquée ou manifestée par un signe ou une chose considérée comme un signe : question qui a un sens. Ou une direction.

  4. Manière de comprendre une chose, signification qu'a une chose pour une personne et qui constitue sa justification : le sens des choses.

Et nous pourrions chercher les différents « sens » de cette parabole.

  1. Jésus vient éprouver nos sens, nos sensations. Ce pauvre homme qui voit grandir, sans qu’il ne fasse rien, la semence.

  2. Et ce, peut-être en dépit du bon sens qui nous pousserait à agir pour aider la croissance.

  3. Mais quel sens, quelle signification a aussi cette parabole ? Si ce n’est de nous dire, prenez patience, cherchez la direction. Relisez les signes et vous comprendrez ce qu’est le Royaume des Cieux ! Je me rappelle ce qu’écrivait Georges Bernanos en 1947 dans La liberté pour quoi faire ? : « Un prophète n'est vraiment prophète qu'après sa mort, et jusque-là ce n'est pas un homme très fréquentable. Je ne suis pas un prophète, mais il arrive que je voie ce que les autres voient comme moi, mais ne veulent pas voir. Le monde moderne regorge aujourd'hui d'hommes d'affaires et de policiers, mais il a bien besoin d'entendre quelques voix libératrices. Une voix libre, si morose qu'elle soit, est toujours libératrice. Les voix libératrices ne sont pas les voix apaisantes, les voix rassurantes. Elles ne se contentent pas de nous inviter à attendre l'avenir comme on attend le train. L'avenir est quelque chose qui se surmonte. On ne subit pas l'avenir, on le fait. » Comme un résumé de cette parabole, et de ce qu’est la patience et la passion...

  4. Et le sens des choses, comme point d’arrivée : la faucille de la moisson. La patience devient alors espérance. Ne désespérez pas, un jour vous verrez Dieu. Un jour, le paradis vous sera ouvert. « Je ne meurs pas, j’entre dans la vie » disait Thérèse de Lisieux.

À cœur vaillant...

La vraie patience n’est-elle pas d’espérer contre toute espérance (Rom 4, 18), d’espérer malgré la souffrance, de croire qu’à Dieu, rien n’est impossible (Lc 1, 37). J’ai toujours aimé, en espagnol et en portugais, la façon de dire attendre : espère ! La vraie vertu de patience, c’est l’espérance...


Rappelons-nous la devise de Jacques Cœur (1400-1456) : « À cœur vaillant rien d'impossible » !



Homélie de saint Pierre Chrysologue (+ 450), Sermon 98, 1-2 4-7, CCL 24 A, 602-606.

Mes frères, vous avez appris aujourd'hui comment le Royaume des cieux, dans toute sa grandeur, est comparé à une graine de moutarde. <> Le Royaume des cieux, dit le Seigneur, est comparable à une graine de moutarde (Mt 13,31). <> Est-ce là tout ce que les croyants espèrent ? Est-ce là tout ce que les fidèles attendent ? Est-ce là le bonheur auquel les vierges parviennent après une longue pratique de la virginité ? Est-ce là la gloire à laquelle aspirent les martyrs, lorsqu'ils versent jusqu'à la dernière goutte de leur sang ? Est-ce là ce que l'oeil n'a pas vu, ce que l'oreille n'a pas entendu, ce qui n'est pas monté au coeur de l'homme (1 Co 2,9 ) ? Est-ce là ce que promet l'Apôtre et qui est tenu en réserve dans l'ineffable mystère du salut, pour ceux qui aiment ?


Mes frères, ne nous laissons pas facilement déconcerter par les paroles du Seigneur. Si, en effet, la faiblesse de Dieu est plus forte que l'homme, et si la folie de Dieu est plus sage que l'homme (1 Co 1,25), cette toute petite chose, qui est le bien de Dieu, est plus splendide que toute l'immensité du monde.


Puissions-nous seulement semer dans notre coeur cette graine de moutarde, de sorte qu'elle devienne le grand arbre de la connaissance, s'élevant de toute sa hauteur pour élever notre pensée jusqu'au ciel, et déployant toutes les branches de la science. Son fruit brûlant réchaufferait notre bouche de son goût vivifiant, son grain allumerait en nous un feu qui enflammerait notre coeur et, en savourant le fruit de cet arbre, nous cesserions de dédaigner ce qui nous était inconnu. <>


Comme le dit le Christ, le Royaume de Dieu est semblable à la graine de moutarde. <> Le Christ est le Royaume. À la manière d'une graine de moutarde, il a été jeté dans un jardin, le corps de la Vierge. Il a grandi et il est devenu l'arbre de la croix qui couvre la terre entière.


Après qu'il eut été broyé par la Passion, son fruit a produit assez de saveur pour donner du bon goût et de l'arôme, d'une manière égale, à tous les êtres vivants qui le touchent. Car, tant que la graine de moutarde demeure intacte, ses vertus restent cachées, mais elles déploient toute leur puissance quand la graine est broyée. De même le Christ a-t-il voulu que son corps fut broyé pour que sa force ne reste pas cachée.


Mes frères, il nous faut broyer cette graine de moutarde pour éprouver toute la force, figurée dans cette parabole. Le Christ est roi, car il est le principe de toute autorité. Le Christ est le Royaume, car en lui réside toute la gloire de son royaume. Le Christ est homme, car l'homme tout entier est renouvelé en lui. Le Christ est la graine de moutarde, l'instrument dont Dieu se sert pour faire descendre toute sa grandeur dans toute la petitesse de l'homme.


Que dirai-je encore ? Lui-même est devenu toute chose pour renouveler tous les hommes en lui. Le Christ homme a reçu la graine de moutarde qui est le Royaume de Dieu. Le Christ homme l'a reçue, alors que le Christ Dieu la possédait depuis toujours. Il a jeté la semence dans son jardin. <>


Le jardin est la terre cultivée qui s'est étendue au monde entier, labouré par la charrue de la Bonne Nouvelle. Il est clôturé par les bornes de la sagesse. Les Apôtres ont peiné pour en arracher toutes les mauvaises herbes. On prend plaisir à y contempler les jeunes pousses des croyants, les lis des vierges et les rosés des martyrs. Des fleurs y donnent toujours leur parfum.


Le Christ a donc semé la graine de moutarde dans son jardin. Elle a pris racine quand il a promis son Royaume aux patriarches, elle est née avec les prophètes, elle a grandi avec les Apôtres, et elle est devenue l'arbre immense qui étend ses innombrables rameaux sur l'Église, en lui prodiguant ses dons. <>


Prends les ailes d'argent de la colombe évangélique dont parle le prophète (cf. Ps 67, 14). Prends ses plumes brillantes sous l'éclat du soleil divin. Envole-toi dans ton vêtement d'or pour jouir d'un repos sans fin, désormais hors de l'atteinte des filets, parmi tant de magnifiques frondaisons. Sois assez fort pour prendre ainsi ton vol, et va habiter en sécurité dans cette vaste demeure !



Homélie attribuée à saint Jean Chrysostome (+ 407), Homélies sur "Le Royaume de Dieu est semblable à un grain", 7; PG 64, 21-23.

Qu'y a-t-il de plus grand que le Royaume des cieux et de plus petit qu'un grain de moutarde ? Comment Jésus peut-il comparer ce Royaume infini à un minuscule grain de moutarde, qui occupe une si petite place ? Pourtant, quand nous examinons attentivement le Royaume des cieux et le grain de moutarde, nous découvrons combien la comparaison est juste et naturelle.


Le Royaume des cieux n'est évidemment rien d'autre que le Christ, puisque celui-ci dit de lui-même : Voilà que le règne de Dieu est au milieu de vous (Lc 17,21). Or, rien n'est plus grand que le Christ dans sa divinité, comme la parole du prophète peut nous l'apprendre : C'est lui qui est notre Dieu: aucun autre ne lui est comparable. Il a découvert les chemins de la connaissance, et il les a confiés à Jacob, son serviteur, à Israël, son bien-aimé. Ainsi la Sagesse est apparue sur la terre, elle a vécu parmi les hommes (Ba 3,36-38). <>


Par ailleurs, qu'y a-t-il de plus petit que le Christ dans son incarnation, puisqu'il est devenu moindre que les anges et que les hommes ? Apprends-le de la bouche de David : Qu'est-ce que l'homme pour que tu penses à lui, le fils d'un homme, que tu en prennes souci ? Tu l'as voulu un peu moindre que les anges (Ps 8,5-6). L'interprétation qu'en donne Paul montre qu'il s'agit bien du Christ : Nous voyons Jésus abaissé un peu en-dessous des anges à cause de sa passion et de sa mort (He 2,9). <>


Comment se fait-il que le Christ soit en même temps le Royaume des cieux et le grain, qu'il soit à la fois grand et petit par rapport au Royaume ? Voici : sa miséricorde pour ceux qu'il a créés est si grande qu'il s'est fait tout à tous pour les gagner tous. Du fait de sa nature, il était Dieu comme il l'est encore et le sera toujours. Il est devenu homme en vue de notre salut. Quelle profondeur dans la richesse, la sagesse et la science de Dieu ! Ses décisions sont insondables, ses chemins sont impénétrables (Rm 11,33) !


Ô grain, par lequel le monde a été fait, les ténèbres dispersées, l'Église renouvelée ! Qu'elle est grande la force de ce grain suspendu à la croix ! Alors qu'il y était cloué, il a, par une simple parole, détaché du bois le larron pour le plonger dans les délices du paradis. De son flanc percé par la lance, ce grain a laissé couler une boisson d'immortalité pour les assoiffés. Ce grain, après qu'on l'eut descendu du bois et planté dans le jardin, a couvert toute la terre de ses branches. Ce grain, semé dans le jardin, a plongé ses racines jusqu'aux enfers. Il en a fait sortir les âmes et, en trois jours, les a emmenées au ciel. <> Le Royaume des cieux est comparable à un grain de moutarde qu'un homme a semé dans son champ (Mt 13,31). Sème ce grain de moutarde dans le jardin de ton âme <> et la parole du prophète vaudra aussi pour toi : Tu seras comme un jardin bien irrigué, comme une source où les eaux ne manquent jamais (Is 58,11).


Prière

Seigneur notre Dieu, ton action en ce monde reste souvent cachée et tes serviteurs sont tentés par le découragement. Ranime en eux l'espérance et fait germer la semence que tu as jetée sur notre terre. Par Jésus Christ.

8 vues

Comments


bottom of page