03 mai - Saints Philippe et Jacques

Montrez-nous le Père -



Saints Philippe et Jacques,

Maître de l'Echevinage de Rouen (attesté vers 1457-1480),

Bréviaire de Besançon, Besançon - BM - ms. 0069, page 595,

Codex de parchemin, 934 pp., 356 mm x 257 mm, avant 1498,

Bibliothèque Municipale, Besançon (France)


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (Jn 14, 6-14)

En ce temps-là, Jésus dit à Thomas : « Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ; personne ne va vers le Père sans passer par moi. Puisque vous me connaissez, vous connaîtrez aussi mon Père. Dès maintenant vous le connaissez, et vous l’avez vu. » Philippe lui dit : « Seigneur, montre-nous le Père ; cela nous suffit. » Jésus lui répond : « Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne me connais pas, Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père. Comment peux-tu dire : “Montre-nous le Père” ? Tu ne crois donc pas que je suis dans le Père et que le Père est en moi ! Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; le Père qui demeure en moi fait ses propres œuvres. Croyez-moi : je suis dans le Père, et le Père est en moi ; si vous ne me croyez pas, croyez du moins à cause des œuvres elles-mêmes. Amen, amen, je vous le dis : celui qui croit en moi fera les œuvres que je fais. Il en fera même de plus grandes, parce que je pars vers le Père, et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. Quand vous me demanderez quelque chose en mon nom, moi, je le ferai. »


Méditation

Le bon Philippe a une âme simple, non pas dans le sens péjoratif du terme, mais dans toute sa noblesse. Trivialement, on pourrait dire qu’il ne se fait pas nœuds au cerveau ! Ainsi, Jésus lui dit qu’il faut passer par lui pour rejoindre le Père : ni une, ni deux, il répond qu’il aimerait le voir et qu’il suffit à Jésus de leur montrer ! Ce même Philippe qui, dans l’évangile de Jean, n’hésite pas à suivre Jésus à la simple injonction « Suis-moi », et qui, enthousiasmé entraîne Nathanaël à rencontrer le Messie. Lui encore qui, devant les foules affamées, calcule le prix d’achat de pain et de poisson pour un tel rassemblement. Ou encore qui amène à Jésus tous ceux qui désirent le voir. Il est simple Philippe, d’une simplicité qui pourrait même être déconcertante. Mais s’il est simple, c’est parce que son âme est à l’image de la première béatitude : Heureux les cœurs pauvres, les cœurs simples, le Royaume des Cieux est à eux.


Demandons à cet apôtre de nous donner cette même simplicité dans nos vies, simplicité dans nos relations avec les autres, mais aussi avec le Seigneur. Simplicité dans nos raisonnements et dans nos choix. Simplicité dans notre amour. Humilité de notre foi. Simplicité de croire de tout notre cœur à ce que Jésus lui a répondu, et nous dit aujourd’hui à chacun d’entre-nous : « Amen, amen, je vous le dis : celui qui croit en moi fera les œuvres que je fais. Il en fera même de plus grandes, parce que je pars vers le Père, et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. Quand vous me demanderez quelque chose en mon nom, moi, je le ferai. »