top of page

29 avril — Sainte Catherine de Sienne

Le don des larmes -



Sainte Catherine échangeant son cœur avec le Christ,

Giovanni di Paolo (Sienne, 1403 - Sienne, 1482),

Tempéra et or sur bois, 29,8 x 24,1 cm, 1475,

Metropolitan Museum of Art, New-York (U.S.A.)


Lecture de la première lettre de saint Jean (1 Jn 1, 5 à 2, 2)

Bien-aimés, tel est le message que nous avons entendu de Jésus Christ et que nous vous annonçons : Dieu est lumière ; en lui, il n’y a pas de ténèbres. Si nous disons que nous sommes en communion avec lui, alors que nous marchons dans les ténèbres, nous sommes des menteurs, nous ne faisons pas la vérité. Mais si nous marchons dans la lumière, comme il est lui-même dans la lumière, nous sommes en communion les uns avec les autres, et le sang de Jésus, son Fils, nous purifie de tout péché. Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous égarons nous-mêmes, et la vérité n’est pas en nous. Si nous reconnaissons nos péchés, lui qui est fidèle et juste va jusqu’à pardonner nos péchés et nous purifier de toute injustice. Si nous disons que nous sommes sans péché, nous faisons de lui un menteur, et sa parole n’est pas en nous. Mes petits enfants, je vous écris cela pour que vous évitiez le péché. Mais si l’un de nous vient à pécher, nous avons un défenseur devant le Père : Jésus Christ, le Juste. C’est lui qui, par son sacrifice, obtient le pardon de nos péchés, non seulement les nôtres, mais encore ceux du monde entier.


Méditation


Texte de Catherine de Sienne


O Fille très chère et très aimée, tu me demandes de te faire connaître les différentes espèces de larmes et leurs fruits. Je n'ai pas méprisé ton désir. Ouvre donc bien l'œil de ton intelligence, et par les différents états que je t'ai expliqué, je te ferai voir qu’il y a des larmes imparfaites qui viennent de la crainte. Mais tout d'abord je te parlerai des larmes des hommes pervers : ce sont des larmes de damnation. Les secondes sont les larmes de crainte : elles sont versées par ceux qui ne sont conduits que par la peur du châtiment dû au péché, et qui en pleurent d'épouvante.

Les troisièmes, sont de ceux qui, sortis du péché, pleurent avec douceur et commencent à me servir. Mais, comme leur amour est imparfait, imparfaits aussi sont leurs pleurs, comme je le l'ai dit.

Les quatrièmes, sont de ceux qui, arrivés à la perfection de la charité envers le prochain, aiment sans aucun intérêt personnel: Car ceux-là pleurent, et leur pleur est parfait.

Les cinquièmes sont unies aux quatrièmes. Ce sont ces larmes de douceur, répandues avec grande suavité, comme je te l'exposerai plus au long.

Je te parlerai encore des larmes de feu, qui ne jaillissent pas des yeux, celles-là, pour donner satisfaction à ceux qui parfois désireraient pleurer et ne le peuvent faire.

Et je veux que tu saches que tous ces différents états peuvent se rencontrer dans une même âme qui sort de la crainte et se dégage de l'amour imparfait pour parvenir à la charité parfaite du dernier état.

bottom of page