14 octobre — Saint Calliste 1er (ou Calixte)

La pourpre et l’olivier



Statue de Calixte Ier sur le trumeau

Anonyme

Portail des Saints sur le transept septentrional, sculpture, vers 1220-1230

Cathédrale Notre-Dame, Reims (France)


Psaume 1

Heureux est l’homme

qui n’entre pas au conseil des méchants,

qui ne suit pas le chemin des pécheurs,

ne siège pas avec ceux qui ricanent,

mais se plaît dans la loi du Seigneur

et murmure sa loi jour et nuit !


Il est comme un arbre

planté près d’un ruisseau,

qui donne du fruit en son temps,

et jamais son feuillage ne meurt ;

tout ce qu’il entreprend réussira.

Tel n’est pas le sort des méchants.


Mais ils sont comme la paille

balayée par le vent.

Le Seigneur connaît le chemin des justes,

mais le chemin des méchants se perdra.


Méditation

J’ai un grand respect pour ce pape, 16e évêque de Rome entre 217 et 222. Je l’ai découvert grâce au livre de Gilbert Sinoué, La pourpre et l’olivier (Ed. Denoël, 1987) qui conte sa vie mouvementée. D’esclave, il devint diacre puis pape et ouvrit les premières catacombes éponymes sur la Via Appia. Mais il est surtout, à mes yeux, le premier à tenter de sortir l’Église d’un légalisme qui la guette encore aujourd’hui.


En effet, en pleine crise de la papauté, s’opposant à l’antipape Hippolyte de Rome, il osa braver la bien-pensance de son époque qui estimait que seuls certains avaient droit au pardon. Il s’insurgea contre cette discrimination spirituelle et déclara qu’il n’existait pas de péché qui ne puisse être pardonné si la personne faisait preuve de repentance. Il subit le martyr après cinq ans de règne (une église fut construite à Rome sur l’emplacement du puits où il fut jeté) et fut le premier pape dont on retrouva la tombe. Notons qu´une de ses reliques se trouve en l'église Saint-Évrard-Saint-Calixte de Cysoing, dans le département du Nord.


Le psaume de la liturgie du jour me semble bien illustrer la vie de ce pape. Lui non plus n’entra pas au conseil des méchants et sut supporter avec discrétion les attaques incendiaires et insultantes d’Hippolyte de Rome. Homme de prière, il se planta au bord du ruisseau de l’amour et continue de donner aujourd’hui son fruit : la miséricorde. Car il fut le pape de la miséricorde, celui qui, au nom du Seigneur, accorda à chacun la possibilité de la rédemption et du pardon.


Je ne peux que vous inviter à lire le merveilleux roman de Gilbert Sinoué pour découvrir cette belle figure de saint, de cet homme qui réjouit autant le coeur des pécheurs que le coeur de Dieu.